déc 20

Partir, grandir, choisir…

intemporia-t-1Après le troublant Le faire ou mourir, qui aurait imaginé que Claire-Lise Marguier allait revenir sur la scène littéraire avec un roman de fantasy ? Et pas n’importe lequel, pas de ceux qui surfent sur une mode ou copient en espérant ne pas en avoir l’air un succès de la saison passée… Mais plutôt un roman singulier dans l’univers très codifié de la fantasy qui ravira les amateurs de genre et envoûtera les amateurs de littérature, tout simplement…

Dès les premières lignes, le charme opère. Claire-Lise Marguier immerge son lecteur dans un monde imaginaire où chacun vit dans la crainte de voir se réaliser une funeste prophétie. A la fin d premier chapitre, changement de décor et de personnages : dans un village paisible et prospère, le jeune Yoran obtient la main de la charmante Loda et construit pour eux et leur future famille la maison qui abritera leur bonheur. Le bonheur sera de courte durée : une maladie que les potions pourtant réputées de la jeune femme ne parviennent pas à guérir endeuille la communauté. Lorsque Loda est prise par les fièvres à son tour, Yoran ne peut supporter l’inaction et se montre prêt à tout affronter pour sauver celle qu’il aime… Yoran, héros malgré lui mais par amour, va devoir aller bien au delà de tout ce qu’il avait pu imaginer, voyant vaciller toutes les certitudes acquises depuis l’enfance. Les choix qu’il va devoir faire ne seront pas la moindre des épreuves qu’il aura à surmonter…
Il souffle sur ce roman un souffle romanesque indéniable où l’écriture élégante de Claire-Lise Marguier fait merveille. La construction de l’intrigue rend hommage à l’intelligence du lecteur, lui laissant le temps de faire des hypothèses, de cheminer dans l’histoire sans que tout lui soit asséné. Les éléments s’imbriquent peu à peu, les révélations viennent en leur temps et que dire des personnages ! Humains, terriblement humains… Sans manichéisme et loin de toute caricature, ils vivent, palpitent, fragiles ou héroïques, en proie aux doutes, à des choix parfois tragiques et lourds de conséquence. Et que dire de la reine qui tient le royaume d’une main de fer, personnage sulfureux et séduisant ? « Plus réussi est le méchant, meilleur sera le film » disait Alfred Hitchcock. Appliquez la citation à la littérature et vous saurez que Le sceau de la reine, premier tome de la série Intemporia, est un chef d’œuvre !

déc 12

Un bijou pour Noël !

CVT_Le-Merveilleux_830Jusqu’où iriez-vous pour un trésor ? Que seriez-vous prêts à faire ? Le trésor dont il va être question ici est tel qu’il va faire tourner bien des têtes au gré d’incroyables péripéties …

Tout commence au cœur du Cachemire, dans ces montagnes si dangereuses que la vie d’un homme pèse bien peu face aux forces en mouvement en cette période de dégel. C’est pourtant ce moment qu’a choisi Gupar pour partir à la recherche d’un corindon, un type de  pierre presque aussi dure que le diamant qu’il lui faut pour aiguiser les outils de sa forge. Estimant que Bouddha le récompensera davantage s’il se donne du mal pour la trouver, Gupar escalade les parois les plus dangereuses, creuse au péril de sa vie et trouve… une pierre énorme, superbe, d’une pureté exceptionnelle, d’une beauté telle qu’on n’en croise pas deux pareilles dans sa vie.

La découverte faite, le roman peut s’emballer et croyez-moi, ce sera sur les chapeaux de roues ! De l’Inde à l’Angleterre, ce fabuleux saphir ( car c’est bien de cette pierre précieuse qu’il s’agit) va suivre une route des plus mouvementées, passant de mains en mains, suscitant la convoitise, conduisant parfois au meurtre. Baptisé « Le Merveilleux » par le tailleur de pierres qui va en magnifier la beauté, le joyau va connaître un bien singulier destin…

Voilà un roman qui pétille, épique et virevoltant ! Un roman d’aventures comme on les aime : un brin d’Histoire (la reine Victoria s’éteint à la fin du roman), beaucoup d’humour (grâce au pittoresque des événements et à des scènes de dialogues irrésistibles), des péripéties inattendues en veux-tu en voilà ! Bref, du souffle, de l’esprit, de la malice mais aussi, sans avoir l’air d’y toucher, une jolie façon de se frotter à quelques a priori qui ont la vie dure et de teinter l’aventure de réflexions subtiles sur la condition humaine, la culpabilité, la confiance…

Un joyau vous dis-je, qui ne vous coûtera pas bien cher, mais vous offrira, (cherry on the cake), en plus d’un immense plaisir de lecture, une bien belle leçon d’écriture (à l’anglaise) servie par l’une de nos plus belles plumes, (bien française) par un Jean-François Chabas au sommet de sa forme !

PS : une manière de dire à nouveau combien nous aimons (et donc défendons) le catalogue des Grandes personnes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nov 29

Dans le secret du Club ados

lecture-eb121

Un peu dissipés (pour certains…) mais avides de partager leurs lectures, les fidèles du Club ados étaient au rendez-vous le 22 novembre dernier. Après une merveilleuse rencontre avec Anne-Laure Bondoux, chacun s’est jeté à l’eau et si vous voulez savoir ce qu’ils ont lu et aimé, cliquez sur les couvertures !

Chimène 13 ans                                   Tanguy, 16 ans                              Jeanne, 13 ans

La dernière épreuve de Mathieu Hidalf      bondoux9782364740761

Marius, 13 ans                                 Léa, 16 ans                                     Aldo, 16 ans

1041210-gfgeisha1Dan-Brown-Le-Symbole-perdu-poche

Pierre, 16 ans                                 Zoé, 15 ans                                 Chloé, 12 ans

97822662270499782070622269fscvt_Defi-a-Sherlock-Holmes_6448

Léonie, 15 ans                               Clara, 16 ans

9782253164265-Tnightwing-tome-1- -pieges-et-trapezes-15031

nov 22

ZOM-B

9782809444698,0-2272174B. Smith est élève dans un lycée londonien, et pratique, comme son père un racisme extrême à l’égard de tous ceux qui se retrouvent dans sa ligne de mire. Au lycée B. est clairement craint par ses camarades à cause de ses incessants excès de violence. Evidemment, à la maison, B. ne connaît pas autre chose.

Un soir, alors que la famille Smith dîne devant les informations télévisées, un documentaire rapporte qu’un village irlandais a été attaqué par les zombies. Info ou intox, difficile à savoir…

Après l’annonce de l’attaque, la vie londonienne va reprendre son cours pour B., sa famille et ses amis. Après tout les zombies, si zombies il y a, sont loin ! Mais si le reportage avait dit vrai et que l’épidémie se propage en ce moment même?

A tous les fans du genre mais SURTOUT à tous ceux qui n’en sont pas, jetez-vous sur ZOM-B ! Découvrez le premier volet de B. , ce personnage GÉNIAL qui n’a pas fini de vous surprendre…

Bonne nouvelle : la parution du tome 2 est annoncée pour le 1′ janvier 2015.

Zom-B, de Darren Shan

nov 19

Avis de grand froid

lumikki_even« Il était une fois une fille qui apprit à avoir peur ». Cette phrase qui reviendra à plusieurs reprises dans Je m’appelle Lumikki donne le ton de ce roman où va souffler un air à vous faire plus que frissonner. Un roman où se mêlent les références aux contes et à Blanche-Neige en particulier et l’ambiance des grands polars venus de Scandinavie…

Je m’appelle Lumikki (Blanche-Neige en  finnois) commence comme il se doit dans la neige dont le manteau serait immaculé s’il n’était entaché de rouge. « Oh, puissé-je avoir une enfant à la peau blanche comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme l’ébène » : ce seront les trois couleurs du roman et le noir qui fait défaut au prologue sera la tonalité de ce roman au personnage opaque et mystérieux.

Lumikki est une lycéenne discrète, voire secrète, dont le passé s’éclairera par flash back au fil du roman. Une fille sans histoires mais étrangement toujours sur le qui-vive, comme une proie potentielle qui aurait appris à survivre face aux prédateurs cachés dans l’ombre… Sa vie va être chamboulée par la découverte de centaines de billets de banques souillés de sang et va la propulser dans un univers où la vie humaine ne vaut pas grand chose : celui des barons de la drogue. Il peut en coûter cher de vouloir jouer dans la cour des grands et essayer de filouter des criminels sans scrupules. Le sang n’a pas fini de tâcher la neige autour de Lumikki…

Salla Simukka plante son décor au cœur de l’hiver d’une petite ville de Finlande et distille le mystère autour de son personnage principal avec assez d’éléments pour attiser la curiosité sans donner, dans ce premier volume, toutes les clefs pour comprendre et connaître sa jeune et fort mystérieuse héroïne. Les nombreux flash back savamment dosés vont vous mettre les nerfs à rude épreuve dans l’attente de la suite et vous permettront d’échafauder des hypothèses quant au passé de Lummiki. Pourquoi vit-elle seule, que s’est-il passé dans les dernières années de sa vie, d’où tient-elle ses facultés à si bien se travestir, se dissimuler au regard d’autrui ? Les premiers éléments de réponse donnés dans les dernières pages ne font que renforcer l’envie du lecteur d’en savoir plus…A suivre donc, pour notre plus grand plaisir !

Articles plus anciens «