nov 22

ZOM-B

9782809444698,0-2272174B. Smith est élève dans un lycée londonien, et pratique, comme son père un racisme extrême à l’égard de tous ceux qui se retrouvent dans sa ligne de mire. Au lycée B. est clairement craint par ses camarades à cause de ses incessants excès de violence. Evidemment, à la maison, B. ne connaît pas autre chose.

Un soir, alors que la famille Smith dîne devant les informations télévisées, un documentaire rapporte qu’un village irlandais a été attaqué par les zombies. Info ou intox, difficile à savoir…

Après l’annonce de l’attaque, la vie londonienne va reprendre son cours pour B., sa famille et ses amis. Après tout les zombies, si zombies il y a, sont loin ! Mais si le reportage avait dit vrai et que l’épidémie se propage en ce moment même?

A tous les fans du genre mais SURTOUT à tous ceux qui n’en sont pas, jetez-vous sur ZOM-B ! Découvrez le premier volet de B. , ce personnage GÉNIAL qui n’a pas fini de vous surprendre…

Bonne nouvelle : la parution du tome 2 est annoncée pour le 1′ janvier 2015.

Zom-B, de Darren Shan

nov 19

Avis de grand froid

lumikki_even« Il était une fois une fille qui apprit à avoir peur ». Cette phrase qui reviendra à plusieurs reprises dans Je m’appelle Lumikki donne le ton de ce roman où va souffler un air à vous faire plus que frissonner. Un roman où se mêlent les références aux contes et à Blanche-Neige en particulier et l’ambiance des grands polars venus de Scandinavie…

Je m’appelle Lumikki (Blanche-Neige en  finnois) commence comme il se doit dans la neige dont le manteau serait immaculé s’il n’était entaché de rouge. « Oh, puissé-je avoir une enfant à la peau blanche comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme l’ébène » : ce seront les trois couleurs du roman et le noir qui fait défaut au prologue sera la tonalité de ce roman au personnage opaque et mystérieux.

Lumikki est une lycéenne discrète, voire secrète, dont le passé s’éclairera par flash back au fil du roman. Une fille sans histoires mais étrangement toujours sur le qui-vive, comme une proie potentielle qui aurait appris à survivre face aux prédateurs cachés dans l’ombre… Sa vie va être chamboulée par la découverte de centaines de billets de banques souillés de sang et va la propulser dans un univers où la vie humaine ne vaut pas grand chose : celui des barons de la drogue. Il peut en coûter cher de vouloir jouer dans la cour des grands et essayer de filouter des criminels sans scrupules. Le sang n’a pas fini de tâcher la neige autour de Lumikki…

Salla Simukka plante son décor au cœur de l’hiver d’une petite ville de Finlande et distille le mystère autour de son personnage principal avec assez d’éléments pour attiser la curiosité sans donner, dans ce premier volume, toutes les clefs pour comprendre et connaître sa jeune et fort mystérieuse héroïne. Les nombreux flash back savamment dosés vont vous mettre les nerfs à rude épreuve dans l’attente de la suite et vous permettront d’échafauder des hypothèses quant au passé de Lummiki. Pourquoi vit-elle seule, que s’est-il passé dans les dernières années de sa vie, d’où tient-elle ses facultés à si bien se travestir, se dissimuler au regard d’autrui ? Les premiers éléments de réponse donnés dans les dernières pages ne font que renforcer l’envie du lecteur d’en savoir plus…A suivre donc, pour notre plus grand plaisir !

nov 08

Au pays des Bââs

le-royaume-des-cercueils-suspendusLe peuple des Bââs est un peuple mystérieux. Dans le village, chaque être et chaque geste est dédié au respect de la nature et au bien de la communauté. La vie y est simple mais aucune infraction aux règles des Bââs n’est tolérée… Et la punition y est exemplaire.

 Les hommes Bââs sont les seuls de la vallée à posséder le Don, ce qui fait d’eux un peuple si particulier et indestructible. Les jeunes garçons de chaque génération doivent participer à la Cérémonie qui fera d’eux des hommes et des membres du peuple Bââ à part entière. Ce jour là, Huang, confiant en son avenir dans son village, ne sait pas qu’il n’est pas l’un d’entre eux. Pourtant c’est ainsi : la Cérémonie a prouvé que Huang ne possède pas le don et qu’il est donc un traître. Son châtiment sera terrible, il sera enfermé vivant dans un des cercueils suspendus à la montagne des morts. Pendant trois jours, il attendra la mort en haut de la montagne jusqu’à ce qu’on scelle son cercueil.

 Pourtant Huang a vécu toute sa vie dans le village grandissant avec Xiong, son ami, presque frère, de toujours, avec Leï, celle qu’il aime et qui l’aime, et avec Lou-Ki, l’éternelle amoureuse naïve de Xiong. Mais l’équilibre a disparu entre les quatre amis depuis que les années ont passé et que l’enfance a disparu. L’âge a laissé la place à la jalousie, à la trahison et au mépris. Pendant les trois jours restant à Huang avant sa mort, les destins des quatre adolescents vont changer à jamais bousculant les coutumes des Bââs et détruisant ou honorant les désirs de chacun.

 Le royaume des cercueils suspendus est un conte merveilleux qui pourrait venir d’un lointain pays imaginaire et dont le sens paraît à jamais enfoui dans un lieu secret et sacré. Une aventure étrange et envoûtante.

nov 08

Sans voix

9782361932701,0-2321140

Judith est rentrée chez elle depuis deux ans. Encore deux ans auparavant Judith a été enlevée et retenue prisonnière dans la forêt aux alentour de son village avec son amie Lottie. Après deux ans de séquestration, elle revient chez elle, seule. De son horrible expérience elle ne dira rien, car avant de la relâcher, son tortionnaire a pris soin de lui trancher la langue.

Malgré ce que ses proches, sa mère et son frère, et le reste du village imagine de son calvaire, Judith est mise au ban de cette petite société ainsi que de sa famille et, au fil des mois, ne pouvant s’exprimer avec sa voix, prise pour une attardée. De cette situation elle s’accommode ; peut-être d’abord parce qu’elle a vécu le pire dans la forêt et que le rejet des habitants est bien futile au vu de son histoire, mais surtout Judith n’a qu’une seule pensée et cette pensée c’est « Toi ».

Ce « toi » auquel Judith s’adresse tout au long du livre, comme un constant monologue intérieur qui a pour interlocuteur imaginaire Lucas, l’ami d’enfance dont Judith est amoureuse depuis toujours. Cet amour impossible, maintenant que Judith est revenue mutilée, et qu’elle n’exprimera jamais. Le destin semble avoir écorché Judith pour toujours, elle, qui devra rester enfermée en elle-même, seulement reliée à la vie par Lucas, cet idéal inaccessible.

Jusqu’au jour où le village est en proie aux mêmes envahisseurs que plusieurs années auparavant et les hommes du village sont loin d’être aptes à se défendre et sortir vainqueurs de la bataille. Lucas en digne successeur de son père, ancien colonel, est projeté chef de guerre. Pour le sauver Judith est prête à subir à nouveau l’horreur… Car elle est la seule à pouvoir apporter le salut à tout le village, faisant appel au seul homme qui saura les sauver.

Sans voix, je le suis aussi après la lecture de ce MERVEILLEUX roman qui a su apporter l’aventure, l’émotion, la rage, la justesse, la beauté avec lesquels peu de romans peuvent rivaliser. Il n’est pas possible d’un grand discours sur La vérité qui est en moi mais seulement d’une injonction évidente : lisez – le !

nov 01

Nous, Terriens, sommes de grands incompris.

Non seulement les extraterrestres existent, mais ils sont parmi nous !
L’un d’entre eux nous laisse un témoignage poignant, mais surtout terriblement drôle, de son séjour chez les Terriens. Un choc des cultures à l’échelle universelle que nous propose Matt Haig dans son roman Humainshumains, paru aux éditions Hélium.

Andrew Martin, mathématicien de renom vivant au Royaume-Uni avec sa femme et son fils, n’est pas le héros de ce récit. Il en est pourtant le sosie parfait ! Bien trop intelligent, ses découvertes en matière de mathématiques pourraient bien amener les humains à un nouveau stade de l’évolution. Or, les habitants d’une planète lointaine ne voient pas ses progrès d’un très bon oeil… Les humains pourraient voyager dans l’espace ! Ce serait une catastrophe !
Les humains sont pour eux l’incarnation de la violence, de la cruauté et de la bêtise. S’ils avaient accès à l’univers entier, qui peut imaginer les dégâts ? La décision est prise. L’un d’eux doit se rendre sur Terre et éliminer tous ceux ayant eu vent de la découverte.
Abordant l’humanité pour la première fois, c’est dans un état de perplexité permanente que notre extraterrestre va tenter de se fondre dans la masse (avec beaucoup de ratés) sous la forme d’Andrew Martin lui-même, le malheureux ayant été supprimé au préalable. Mais il aura bien du mal à mener sa mission à bien. Et si tout ce qu’il croyait savoir des humains était faux ? Certes, leur esprit est sujet aux passions et aux débordements. Mais allant de découverte en découverte, il en explore toutes les facettes. La colère, la joie, le doute, l’amour…
C’est finalement à force de nombreuses bévues, mais aussi par le biais de la poésie, de la musique et des nouveaux liens tissés avec la famille du mathématicien, que l’extraterrestre va commencer à comprendre l’humanité.

En bref,un roman loufoque et hilarant ! Le récit d’un alien un peu perdu qui tente de donner un sens à ce qui n’en a aucun : l’humain.

Articles plus anciens «