avr 12

Survivre à la haine

a-mort-la-haine-arthur-tenor« Sale juif ! » « Sale arabe ! « . Que ce soit en classe ou ailleurs, Mourad et Elie ne sont jamais à court d’insultes raciales.Comment envisager dès lors une classe de ski de fond où ces deux-là vont devoir partager les mêmes activités 24 heures sur 24, dortoir compris ? Les deux ados font la promesse de faire une trêve le temps du séjour, mais arriveront-ils à garder leur sang froid ?

Arthur Ténor signe un petit texte à la dramaturgie efficace : perdus en montagne alors que la tempête menace, les deux garçons se retrouvent dans une situation qui ne laisse plus aucune place à la haine qu’ils ne peuvent plus attiser tant ils partagent une idée commune : arriver à survivre. Le temps d’une nuit éprouvante, les deux ennemis vont essayer de comprendre l’origine de leur haine en remontant le fil de l’histoire de leurs ancêtres…

A mort la haine ! est un très court roman à mettre entre toutes les mains, pour rappeler comme il est parfois nécessaire, la nécessité de mettre un frein aux préjugés et aux incivilités !

 

avr 09

La bosse de l’amour

Annabelle est une jeune fille pleine d’avenir. Cette année, elle est en terminale à Paris et elle est bien décidé à obtenir son BAC avec une mention d’excellence. Sauf que plusieurs petites choses vont venir lui mettre des bâtons dans les roues…

La vie d’Annabelle est réglée comme du papier à musique sûrement grâce à sa mère, Lulu, qui s’immerge dans son travail sans se laisser distraire, même par sa famille… C’est d’ailleurs sûrement pour cela que les choses se sont dégradées entre Lulu et son mari, Léonard. depuis quelques temps Léonard a pris le large, ne supportant plus que sa femme consacre tout son temps et son attention à son travail. Il a emmené avec lui son fils cadet, Anatole. Et bien qu’Annabelle soit décidé à ne pas se laisser distraire, cette situation la préoccupe vraiment. Même son embêtant petit frère lui manque terriblement !

Mais la famille ne sera la seule chose à occuper son esprit cette année. Dès la rentrée, Annabelle fait la connaissance de Samuel, jeune américain venu s’installer en France avec son père, ambassadeur des Etats-Unis. Malheureusement pour lui, il ne parle pas un mot de français. Et c’est donc Annabelle qui va l’aider. La jeune fille va se montrer si compétente que le père de Samuel, ravi des progrès de son fils, va engager la jeune fille comme professeur particulier. Dans un souci de cordialité, le père de Samuel va inviter Lulu et Annabelle afin que le deux familles fassent connaissance. C’est le début d’une aventure familiale qui liera plusieurs générations.

Fidèle à ses sujets de prédilections, Susie Morgenstern raconte les histoires d’amour entremêlées de trois générations de femmes d’une même famille. Famille, dit-elle, qui ressemble diablement à la sienne…

Bref, comme d’habitude, Susie nous fait rire et sourire et il est vrai que la question se pose : Comment tomber amoureux…sans tomber ?

avr 02

Joyeux anniversaire Pocket jeunesse !

sorties-pocket-jeunesse-pkj-2014-L-7CHklnCher Pocket jeunesse,

Permets moi, tout d’abord, de t’appeler PKJ ! C’est que nous sommes devenus intimes toi et moi, au fil des pages partagées. Tu m’as vu grandir, changer, tu m’as vu m’emballer pour les séries, tu m’as vu pleurer d’émotion ou trembler d’angoisse. J’ai été impatient aussi parce que je trouvais (et je trouve toujours) que c’est long d’attendre les tomes à paraître dans une série ! Pardon si je me suis énervé mais c’est juste parce que tu m’as donné ce virus de la lecture avec ces séries addictives…Donc, tout ça c’est ta faute ! Merci de m’avoir fait découvrir des auteurs comme Scott Westerfeld, Lucia Troisi ou encore James Dashner plus récemment. Et tant d’autres.. A la maison, on est obligés de s’organiser parce qu’entre ma petite soeur de 14 ans, mes parents et moi, c’est à celui qui mettra la main le premier sur le sac de chez Mollat quand je reviens du rayon ados ! C’est sympa et pénible à la fois tu vois…Je te laisse imaginer l’ambiance à la maison quand je suis revenu avec le dernier tome d’Hunger games !

Bon, je ne te le cache pas, il m’arrive de t’être infidèle mais après tout, on n’est pas mariés ! Mais j’ai passé de bons moments avec toi alors pour ça je te dis : M.E.R.C.I cher PKJ et je te souhaite un très « joie yeux âne hiver cerf » et j’espère que tu as ramené plein de surprises de la Foire du livre de Bologne !

Je t’embrasse fort

PS : je ne sais pas si tu es au courant, mais chez Mollat, où je te trouve, ils organisent un concours pour fêter tes 20 ans ! C’est cool non ? Tu crois qu’ils feront quelque chose quand j’aurai 20 ans l’année prochaine ? Ah ah ah ! Allez, salut PKJ, bon vent !

mar 25

Tout savoir sur le cinéma

Objectif cinéma d’ Antoine de Baeque et Pierre Guislain est un livre parfait pour tous ceux qui souhaitent, non seulement élargir leur culture cinéma, mais également acquérir des arguments critiques.

Le livre est découpé en dix parties thématiques qui évitent l’éternel découpage chronologique un peu plus ennuyeux. Les thématiques sont spécifiquement adaptées à un public adolescent : les films sont disséqués notamment au travers de la violence, des anti-héros ou encore de l’enfance. Le livre est joliment illustré et chaque partie est expliquée avec concision et précision. Un joli cadeau pour cinéphiles et apprenti cinéphiles!

mar 17

Et les lumières dansaient

Des parents séparés et un ado au milieu des décombres de la vie d’autrefois. Banal, me direz-vous. Sans doute…Mais pas sous la plume d’Eric Pessan qui trouve les mots justes pour dire la peine, le besoin de consolation et cette envie de trouver une place au monde qui lui convienne à nouveau. Tandis que le sommeil fuit Elliot, que sa mère succombe à un sommeil artificiel et que son père est loin, Elliot part dans la nuit froide de l’hiver, vers un rendez-vous avec les étoiles, loin des lumières de la ville…

Ces rendez-vous nocturnes sont une vraie respiration pour l’adolescent : comme d’autres se perdent dans les univers virtuels, Elliot s’immerge dans ce monde scintillant et mystérieux auquel son père l’a initié jusuq’à lui transmettre sa passion et laisse les étoiles l’emporter dans « leur grand silence ». Au petit matin, le quotidien reprend le pouvoir : lassitude, ennui, fatigue aussi, conséquence des veilles illicites…Mais le quotidien, parenthèse dans l’attente d’une nouvelle échappée nocturne, peut parfois s’illuminer de petits riens, d’une parole échangée, et de messages étonnants…

Et les lumières dansaient dans le ciel est un texte doux, tendre mais aussi empli des questions et des inquiétudes de son personnage principal. Elliott cherche des réponses, se frotte aux mystères insondables de cet univers si grand que l’on pourrait s’y croire seul et perdu. Et pourtant… Après le temps de l’introspection viendra celui du partage, des retrouvailles, de la complicité et c’est une autre histoire qui commence, apaisée.

 

 

 

Articles plus anciens «