Chargement...
Chargement...

Avides, gloutons, goulus, gourmands, insatiables... Voraces!

257_avides-gloutons-goulus-gourmands-insatiables-voraces
Une actualité de Anne Chauvel
Publié le 04/12/2010

Dès les premières pages de Voraces, d'Oisinn Mcgann, nous voilà plongés avec délice dans un XIXe siècle à la fois familier et étrange. Le contexte reste le même : industrialisation de l'occident, la question de l'esclavage, la science dominante, etc. Mais le petit plus est la présence des mécanimaux : mélange entre machines et animaux, ces êtres doués d'intelligence constituent une des énigmes majeures. Certaines personnes essaient de les domestiquer notamment Nate, le personnage principal du roman. Voilà pour le contexte. En bref, il s'agit d'un steampunk (sous-genre de la SF: l'action se déroule à l'époque victorienne mais avec l'ajout d'éléments uchroniques).

La famille de  Nate Wildenstern porte bien son nom : leur sauvagerie est à peine dissimulée sous un vernis d'éducation. Ils ont leurs propres lois (le meurtre au sein de la famille est toléré lorsque il sert à acquérir plus de pouvoir), se croient au-dessus du commun des mortels (certes ils peuvent vivre plus longtemps et s'auto-guérir mais quand même!) et se soucient assez peu de la famine qui sévit, de la misère environnante. En fait, imaginez une famille très riche et influente, qui pour le rester est prête à tout (oui pas besoin d'un livre, on en connaît déjà!). Nate va ainsi se débattre, aidé de quelques alliés, face au meurtre de son frère aîné et donc héritier désigné des entreprises, à des ancêtres de 400 ans qui ressuscitent, là a révolte populaire qui monte contre les conditions de travail, au conflit Irlande-Angleterre, à des bombes qui explosent etc.

Impossible de faire un résumé correct de ce bouquin tellement il fourmille de rebondissements et d'entrées diverses. L'auteur a eu l'intelligence de n'introduire que très peu d'éléments fantastiques dans un monde réel : les mécanimaux et les pouvoirs des Wildenstern. Ce n'est pas là pour "faire magique", ils sont au coeur de l'intrigue. Loin d'être seulement un livre fantastique, c'est aussi un roman d'aventures épiques, un drame social, une saga familiale sombre et dure, où parfois quelques répliques viennent nous détendre les zygomatiques !

 Un seul mot ressort de ma lecture : plaisir. Si à la fin de ce premier tome (sur trois), la plupart des énigmes sont élucidées, les questions de fond restent : qui sont ces mécanimaux, d'où viennent-ils, pourquoi ont-ils été créés d'une part et de l'autre,  le mystère de la famille et de leurs pouvoirs. Vivement le tome 2 ! A mettre entre toutes les mains, des plus petites aux plus grandes.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut