Chargement...
Chargement...

Branchez les guitares

5288_branchez-les-guitares
Une actualité de Sarah P.
Publié le 09/06/2016
1993. Allison est l'adolescente que l'on aurait toutes voulu être. Il suffit de l'observer pour remarquer qu'elle est aussi comme des milliers d'autres jeunes filles de son âge : elle boit des bières, fume des cigarettes, va bientôt (très bientôt) passer son bac et rentre parfois chez elle en titubant après des soirées arrosées. Elle est jolie mais n'en a pas vraiment conscience, une fille qui se remarque sans basculer dans la popularité. Elle joue de la basse dans un groupe de rock avec ses potes sans se donner un genre: elle est juste cool. Son père n'est ni alcoolique, ni violent, ni maltraitant. Il n'est plus tout simplement. Lorsque l'on perd son papa à 3 ans, même le terme souvenir semble nébuleux. Le seul héritage qu'il lui ait laissé a pris la forme d'une passion inconditionnelle pour la musique et elle en écoute partout, tout le temps. Les écouteurs de son walkman* enfoncés dans les oreilles, elle tape du pied au rythme des Cure, Pixies et autres Sonic Youth. Quand on est mélomane, nul doute que la musique peut faire planer. Mais un beau matin Allison  ne s'en tient pas au sens figuré et alors qu'elle vibre sur loveless de My Bloody Valentine, ses pieds décollent du sol, littéralement. La stupéfaction va rapidement laisser place à l'incompréhension puis à l'affolement. Impossible, elle a dû rêver, le manque de sommeil et les relents d'alcool de la veille lui jouent un mauvais tour et pourtant la scène va venir se répéter quelques fois. Bien assez pour commencer à l’inquiéter sérieusement et l'inciter à laisser son walkman à la maison. C'est avec une infinie discrétion que Allison va se mettre en quête de réponses concernant son "don" (sa maladie? Peut-on en mourir? Est-ce que ce n'est qu'une phase et tout rentrera dans l'ordre?) et il sera temps d'en apprendre plus sur ce père qui demeure un mystère et dont l'histoire s'évapore sur les lèvres de sa mère à chaque fois qu'elle tente de l'évoquer... On accompagne Alallisonlison comme une bonne étoile dans son périple anglais où elle partage avec nous sa première fois, ses états d'âme, ses appréhensions, toujours à travers le prisme de la musique rock, si emblématique des années 90. C'est un roman qui nous séduit d'un bout à l'autre car tout est là. Laurent Queyssi capte notre attention par une écriture aussi vive que désopilante et sait jouer des coudes pour nous faire croire à l'impossible. Que l'on soit nostalgiques de cette époque, où les téléphones portables étaient aussi fréquents que les cabines téléphoniques aujourd'hui, ou qu'on ne l'ait même pas connue, que l'on aime la musique rock ou qu'elle nous laisse indifférents, que l'on croie à la lévitation ou non (!), l'histoire d'Allison est intemporelle, intergénérationnelle et universelle car c'est avant tout un roman d'apprentissage, une captation de ce moment magique où la chenille devient papillon. Et c'est très joli.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut