Chargement...
Chargement...

Courir - Jean Echenoz

7589_medium.jpg
Publié le 16/02/2018
Billet d’humeur de Arthur Seguin, étudiant en B.T.S. Commerce International au lycée Condorcet.

Parlons aujourd’hui du roman Courir de Jean Echenoz, qui retrace le parcours hors du commun du célèbre athlète Emile Zatopek.

Pour vous qui n’avez jamais eu une vie sportive, qui n’avez aucun talent athlétique, ni goût pour le dépassement de soi, ne fermez pas le livre avant de l’avoir lu : l’histoire dépasse largement le cadre sportif et vaut aussi, et peut-être avant tout pour le contexte historique qu’elle décrit et pour le récit d’un homme aux qualités humaines extraordinaires qu’elle présente. Et pour les passionnés de sport, amateurs ou professionnels, doués ou moins doués, ce livre pourrait être un tremplin pour vous, une source d’inspiration, du moins un divertissement fort agréable.

L’histoire débute en 1938 en Tchécoslovaquie, le pays est occupé par les nazis. Nous faisons connaissance avec Emile, un beau jeune homme de 17ans qui travaille dans une usine à chaussures. Il n’est pas du tout sportif et n’aime pas courir… Mais il doit pourtant participer à des courses au sein de son entreprise et aussi face à une équipe allemande. Sa manière de courir est étrange et unique au monde mais il réussit à bien se positionner et se fait repérer par un entraineur. Emile accepte et commence à s’entrainer malgré qu’il n’apprécie toujours pas la course. Ses premières victoires sur 1 500 mètres et 3 000 mètres ne se font pas attendre. A la fin de la guerre, il s’engage dans l’armée. A partir de cet instant, il ne cessera plus de courir, de progresser, de gagner et de réaliser des nouveaux records internationaux du 1500 m aux 30 000m, il rafle toutes les médailles. Sa méthode d'entraînement est basée sur la vitesse et la souffrance, cela va forger sa légende. Il travaille tellement dur à l'entraînement que les courses sont pour lui synonymes de plaisir et de facilité. Il se mariera avec Dana, une lanceuse de javelot professionnelle. Il réussira l’exploit de l'histoire de l'athlétisme, toujours inégalé, en remportant trois titres à la suite sur 10 000 m, 5 000 m, et sur le marathon. Ce tableau idyllique va pourtant très vite s’assombrir car rattrapé par le contexte politique de la guerre froide. Adulé par les foules, il va tout d’abord incarner l’idéal soviétique et sera instrumentalisé pour la propagande soviétique avant de connaitre un destin plus funeste sans jamais perdre la ferveur populaire.

Ce roman met en lumière, l’extraordinaire à travers la carrière d’Emile : comment imaginer qu’un jeune garçon de 17 ans qui n’aime pas et ne « sait » pas courir réussit à gagner autant de courses ? C’est cette ascension fulgurante qui est décrite dans ce roman, de la misère à la gloire, du statut d’un inconnu à celui d’un héros national : Ce livre m’a redonné espoir et m’a fait réaliser que tout était possible !

Ce roman met en évidence les exploits du corps humain, capable de se surpasser chaque jour, de s’améliorer sans cesse, d’endurer des entrainements de plusieurs dizaines de kilomètres tous les jours. C’est bien la preuve que l’humain a des capacités physiques mais aussi mentales très importantes, il appartient juste à chacun de mieux et plus les exploiter…

Passionné moi-même de courses, j’aurais peut-être aimé ressentir davantage l’aspect émotionnel du personnage, être plongé dans le cœur et les tripes de ce fameux Emile. Connaitre ses sentiments avant, pendant ou après ses courses exceptionnelles m’aurait fortement intéressé. L’auteur maintient une distance plus vraisemblable, le côté documentaire l’emporte mais le livre mérite, à coup sûr, d’être lu.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut