Chargement...
Chargement...

D'Alger à Paris

381_d-alger-a-paris
Une actualité de Emilie
Publié le 24/05/2011

essuie mainC'est avant même ce qu'on appelle communément les "événements en Algérie" que Simon et sa famille quittent  Alger mais ce départ, comme celui de tous les pieds-noirs par la suite, marque un déchirement. On est en 1956 et le père de Simon a décidé de quitter un pays où il pressent déjà beaucoup de tensions et de violences pour monter à Paris  reprendre une épicerie.  Et si la débrouillardise et la facilité d'adaptation de la famille sont indéniables, l'immersion en France chamboule quand même aussi bien les parents que les enfants. De la découverte de la nourriture - les délicieux yaourts mais aussi l'odeur écoeurante de la cuisine au beurre-, aux colonies de vacances,  en passant par la télévision et j'en passe, c'est un véritable "choc des cultures" que vivent Simon et les siens.

A travers de courts chapitres qui sont autant de saynettes qu'on peut lire à voix haute -c'est d'ailleurs sous la forme d'une pièce de théâtre que le texte était paru pour la première fois en 81- Gil Ben Aych nous parle de sa découverte de la France. Avec la gouaille des pieds-noirs, un style qui reprend directement le langage parlé, l'auteur fait de son personnage principal Simon un double méditerranéen du Petit Nicolas

L'Essuie-mains des pieds est un texte qui fait sourire, pouffer, éclater de rire aussi parfois, et qui émeut beaucoup car il est empreint d'une très grande nostalgie...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut