Chargement...
Chargement...

Et voici le texte gagnant du concours d'écriture Eragon!

1908_et-voici-le-texte-gagnant-du-concours-d-ecriture-eragon
Une actualité de Marie-Aurélie
Publié le 09/05/2012

La sortie tant attendue du 4ème tome de L'Héritage a déclenché les passions! En voici un bel exemple. Bravo et merci à Eva Coubron pour ce très joli texte fort enthousiaste!

C'est en voyant par hasard ces deux questions : « Vous êtes un inconditionnel d' Eragon ? Les dragons n'ont plus de secrets pour vous ? » que j'ai immédiatement réagi.

 J'ai effectivement décidé de soumettre ma candidature dans le but de remporter le tome IV de la trilogie de L'Héritage que j'attends depuis si longtemps, mais aussi et surtout pour faire partager la passion que je vis depuis mon plus jeune âge. En effet, aussi loin que remontent mes souvenirs, j'ai toujours été attirée par les dragons. La majorité des livres de mon enfance se résument à des épopées de dragons. Ma mère prenait bien garde à ne pas me lire une histoire où, à la fin le « brave chevalier tue le méchant dragon » car il s'ensuivait irrémédiablement une violente crise de ma part qui se terminait généralement en pleurs.

Je ne sais pas d'où vient exactement cet amour pour ces animaux qui paraissent féroces à bon nombre de personnes puisque je suis fille unique (je n'ai donc pas subi une influence de la part d'un potentiel frère, fan de dragons) mais mes parents me racontent qu'il n'y avait pas un seul dessin que j'ai fait où il n'y ait pas l'un de ces animaux féériques.

Cet amour quasi compulsif pour ces êtres extraordinaires ne s'arrête pas là. Effectivement, en grandissant au milieu d'animaux que mes parents recueillaient, je me suis créée une sorte de bulle où j'évoluais dans un monde « parallèle », peuplé de dragons et c'est très souvent que je me baissais promptement au passage des pigeons frôlant ma tête en hurlant :

- Regarde, maman ! Les dragons sont là ! Attention, tu vas les effrayer !!!

Et quand venait le soir et qu'il était temps d'aller dormir, une dizaine de dragons en peluches m'attendaient et je leur souhaitais à tous une bonne nuit avant de m'endormir à leurs cotés.

Le jour de mes 9 ans, je reçus un vélo flambant neuf ainsi qu'un petit chiot et un livre qui allait accroitre ma passion pour les dragons. Il s'agissait du premier tome de Christopher Paolini : Eragon. Je l'ai tout de suite lu avec le plus grand intérêt et au bout d'une semaine à peine, je l'avais fini. Plus tard, en attendant avec impatience le tome suivant, je l'ai relu et relu, avec toujours la même passion, apprenant par cœur les mots d'ancien langage qui s'y trouvaient.

A peine la première lecture d' Eragon achevée, c'est tout naturellement que j'ai baptisé mon petit chiot '' Saphir ''.

Cet amour pour les dragons, je l'ai transmis à ma cousine Anna, plus jeune que moi d'un an à peine.

Je lui ai donc prêté Eragon et pendant qu'elle le lisait, j'allais me promener en forêt avec Saphir dans le fol espoir de trouver à mon tour un œuf de dragon qui ferait de moi une dragonnière.

Je peux vraiment affirmer qu'il y a un ''avant'' et un ''après'' Eragon car avant la lecture de ce fabuleux livre, j'aimais et j'admirais les dragons comme des êtres que je pouvais ''observer'' mais après avoir découvert le monde de l' Alagesia, je me suis rendu compte que la relation entre humains et dragons était beaucoup plus complexe que ça, qu'il existait des dragons mais aussi des dragonniers et qu'ensemble ils vivaient une relation idyllique, qu'ils ne faisaient qu'un. J'ai été agréablement surprise de découvrir que les dragonniers avaient le pouvoir de voler sur le dos de leur dragon, de communiquer mentalement avec eux.

Quand ma cousine a eu à son tour terminé la lecture du livre, elle était séduite tout autant que moi par l'histoire et attendait la suite avec impatience. Justement, nous nous étions créées toutes les deux un dragon imaginaire avec lequel nous vivions des aventures. Le mien était couleur or et je l'avais appelé Flamme; celui de ma cousine était gris foncé et se nommait Granit. Mon dragon ne me quittait jamais et nous passions avec ma cousine, des moments fabuleux.

Je l'invitais à la maison, nous ramassions des plumes de dindons dont nous agrémentions nos queues de cheval et l'on étaient fin prêtes pour partir '' à dos de dragon'', faire de longues balades.

Je revois encore ma mère qui me criait depuis la porte :

- Éva ! Quand tu pars en vélo, mets ton casque !!!

- Rho, mais maman, les dragonniers ne portent pas de casque !

De toute façon, nous étions déjà trop loin pour faire demi-tour et les dragons allaient s'impatienter.

Devant ma cousine, je lui criais :

- Eh Anna ! On fait une course jusqu'à la rivière ?

- OK, si tu veux mais alors nos dragons sont autorisés à couper par les prés !

- Bien sûr ! Ils ne vont quand même pas suivre les routes ! C'est bon pour les humains ça, pas pour les dragonnières !

- T'as raison ! Aller ! C'est parti !!!

Je pédalais de toute mes forces en criant :

- Aller Flamme !!! Qu'est-ce que tu attends pour mettre la pâtée à ce dragonneau et à sa ridicule dragonnière ?

- Pardon ? Vole plus vite granit, on va leur montrer ! La dernière arrivée est une dragonne mouillée !

Après dix minutes d'efforts intenses nous arrivions toutes essoufflées à la petite clairière que nous avions baptisée '' Le repère des dragons.''

- ET J'AI GAGNEEEEEE !!!

- Ouais, mais nous aurons notre revanche !

- Bon, on fait une petite pause pour que les dragons se reposent et partent chasser.

- Oui, et pendant ce temps on pourrait peut-être nous rassasier. Justement je vois de belles mûres qui ont l'air bien appétissantes sur le buisson, là-bas. Eh ! Honneur à la gagnante ! Non mais !

Nous passions ainsi toutes nos vacances.

Bientôt vint les second puis troisième tomes de la trilogie et malgré le défilement des années, notre passion pour les dragons ne diminua pas. Aujourd'hui encore, ces êtres imaginaires aussi beaux que toutes les richesses du monde m'émerveillent.

Et je suis persuadée que pour tout ceux qui croient en eux au plus profond de leurs cœurs, les dragons viendront et embelliront notre monde de leur présence.

Oups ! Je n'ai pas vu l'heure passer ! Il est déjà plus de quatre heure, Anna ne va pas tarder à arriver, il faut que je me dépêche d'aller seller Flamme pour la course jusqu'au ''repère des dragons''.

 Et que l'aventure perdure !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut