Chargement...
Chargement...

Etoiles filantes 1

4442_etoiles-filantes-1
Une actualité de Véronique D.
Publié le 11/07/2014

greenC'était en février 2013. Je commençais à accabler mon entourage en décrivant à qui voulait l'entendre (ou pas) à quel point le nouveau roman de John Green (Jean Vert in french) m'avait enthousiasmée ! Pour ceux qui auraient manqué mon billet, et parce que l'été se prête bien à se genre d'exercice, remontez le temps et ...lisez ce vieil article plus que jamais d'actualité ! Il se murmure même, qu'en août, un petit jeu pourrait être mis en place pour tester vos connaissances sur le sujet...Mais chut ! On en reparle ...

Quel adjectif n'a pas déjà été employé par tous ceux qui ont dit leur passion pour ce roman qui avant même sa parution, avait déjà enflammé la blogosphère ? Le concert de louanges avait commencé Outre-Atlantique (où le Time -excusez du peu, l'avait couronné meilleur livre de l'année 2012 - pour essaimer  dans les pays anglo-saxons). Le Time parlait de génie, des romanciers aguerris disaient John Green au sommet de son art, et les blogueurs rivalisaient d'adjectifs, cherchant comment traduire au mieux leurs émotions...

Ouvrir un livre qui fait l'unanimité et reçoit de tels concerts de louanges est parfois impressionnant : et si, à la lecture, on allait être celui ou celle qui allait être déçu ? Et si, seul dans son coin, on allait trouver à redire ? D'autant plus que John Green ne nous est pas étranger et que pour tout dire, même avant Nos étoiles contraires, on se battait déjà (gentiment, avec fair-play mais bon...) pour avoir la primeur de ses romans...

Et bien, comment dire...Si vous ne deviez acheter qu'un livre, il faudrait que ce soit celui-là ! Je dis "acheter" sciemment parce que c'est un livre que vous voudrez conserver, vous voudrez le lire et le relire, dormir avec et retrouver dans ses pages les endroits légèrement gondolés où vos larmes se seront écrasées. Des larmes de rire (beaucoup) et d'émotion (forcément)...Et surtout vous vivrez longtemps, longtemps avec Hazel et Augustus comme s'ils étaient de vos amis les plus proches.

La vie, l'amour, la mort : des sujets auxquels se frotte la littérature depuis la nuit des temps. John Green plonge son lecteur dans un tourbillon d'émotions, entre rires et gorge serrée et rend un sublime hommage au pouvoir de la fiction dont l'une des grandes fonctions est de nous aider à vivre...Magistral !

PS : et si je ne vous dit rien de l'intrigue, c'est tout à fait volontaire mais je suis prête à vous donner des détails...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut