Chargement...
Chargement...

Le grand froid

824_le-grand-froid
Une actualité de Véronique D.
Publié le 15/10/2011

Attention : coup de coeur ! Le premier roman français a être publié dans la collection Black moon ne vous  laissera pas de glace (aha !) Le dernier hiver de Jean-luc Marcastel va vous tenir en haleine, vous faire vibrer, pleurer, frémir, et réfléchir...

 2025. Tous les médias l'avait annoncé : un voile de poussières cosmiques allait s'interposer entre le soleil et la Terre et chacun s'était précipité, excité, pour assister au spectacle, pour voir ce crépuscule rouge sang, juste avant la nuit. Mais au lieu de se dissiper, le nuage s'était installé, plus dense, plus sombre, coupant  la Terre de sa source de chaleur. 10 ans plus tard, un hiver sans fin s'est installé, la neige tombe sans discontinuer, les hommes ont dû s'adapter et les animaux faire de même ou disparaître. Tout aurait pu bien aller, s'il n'y avait eu les pins... La Malesève, une forêt mutante, galopante, qui recouvre tout sur son passage et se nourrit de ce qui passe à sa portée : une forêt carnivore, une forêt vampire...

Le dernier hiver, c'est un peu l'hiver de la dernière chance. Johan, jeune homme d'une vingtaine d'années sachant que sa fiancée n'est plus à l'abri à Bergerac désormais sous l'emprise de la Malesève, décide de tenter de la rejoindre en suivant le cours de la Dordogne prise dans les glaces et épargnée par les pins. Théo, son frère aîné, Khalid son meilleur ami et la jeune Fanie, amoureuse de Johan depuis toujours décident de l'accompagner dans une aventure plus que périlleuse. Sur leur route, la Malesève, le froid intense, des créatures mutantes et surtout des hommes, prêts à tout pour survivre dans ce monde désormais sans règles, sans droit.

Le dernier hiver est un roman coup de poing. Pourquoi ? Parce qu'il pose des questions essentielles sur l'engagement, la foi en l'autre, la violence, le racisme, la part d'ombre que chacun porte en soi et que chacun des personnages principaux va devoir affronter pour survivre. L'ennemi n'est pas seulement celui qu'ils doivent combattre mais aussi cette part énigmatique qu'ils portent en eux, cette blessure dont ils voudraient se protéger en la niant. Il y a là un certain lyrisme, de l'inventivité à revendre, de la poésie, de l'émotion et une vraie réflexion sur la violence et la barbarie. Ah ! J'oubliais ! Le dernier hiver est aussi un sublime roman d 'amour et un magnifique chant d'espoir. A lire absolument.

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut