Chargement...
Chargement...

Le TGV de l'angoisse

1287_le-tgv-de-l-angoisse
Une actualité de Véronique D.
Publié le 16/06/2012

Amateurs de frissons, calez-vous confortablement ! Je prends le pari que vous ne pourrez pas lâcher Peur express qui vous gardera en alerte jusqu'à la page finale ! Jugez plutôt...

Un TGV s'apprête à quitter Paris pour Perpignan. Nous sommes un 22 décembre, on annonce du mauvais temps sur la ligne, de la neige, un froid polaire. Pour ces machines complexes que sont les TGV, il y a toujours un risque de panne mais Jeanne, la conductrice chevronnée et passionnée qui a le train en charge n'est guère inquiète : elle passera Valence avant minuit et les risques de gel seront donc minimes. Peu après le départ, des événements troublants voire violents se multilplient à bord du train : confrontés à des peurs insurmontables qui semblent toutes liées à leur passé, six adolescents perdent les pédales (et comme nous sommes dans un train, on peut même dire qu'ils déraillent complètement !)

Et justement, du train, parlons-en : alors que le Sud se rapproche inexorablement, le TGV se retrouve paralysé par le froid, au beau milieu d'un viaduc. Autour, la neige, abondante et un silence oppressant lors de la plus longue nuit de l'année. Isolée dans sa cabine de pilotage, impuissante, Jeanne fait face comme elle le peut, alerte des secours qui ne peuvent rejoindre la zone à cause des mauvaises conditions météorologiques tandis que dans la rame n°1, l'électricité cesse de fontionner : plus de lumière, plus de chauffage, plus d'eau et des centenaines de passagers terrorisés face à des événements inexpliqués !

En lisant Peur express, on  finit par ne plus savoir si on tremble de peur ou de froid : imposant un ryhtme et une construction diaboliquement efficaces à son récit, Jo Witek (romancière française comme son patronyme ne le laisse pas à priori deviner) pousse son lecteur dans les méandres d'un véritable thriller, à la frontière du fantastique. Sur la deuxième partie du roman, consacrée à l'enquête policière  qui a suivi cette nuit fatale, je n'entrerai pas dans les détails, mais sachez juste que la tonalité extrêmement réaliste de la fin ouvre bien des perspectives à l'auteur (et donc à ses lecteurs... Mais chut... ceci est une autre histoire !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut