Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (3ème édition – billet n°13)

1314_les-lyceens-ecrivent-aussi-3eme-edition-billet-n-13
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
Billet sur Ferragus de Balzac Auparavant, je n'avais jamais lu de livres d'Honoré De Balzac bien qu'on m'avait dit qu'il était l'un des plus grands écrivains français du XIXème siècle. Cet auteur a connu deux mouvements littéraires: le Romantisme (1800-1848) et le Réalisme (1848-1851), il faisait donc partie de la première partie du XIXème siècle. Balzac met en scène des histoires qui se sont déroulées pendant la Restauration (1815-1848) et choisit toujours Paris et ses quartiers comme lieu de prédilection. On dit de lui que c'est un peintre des relations amoureuses; son écriture est imprégnée de romantisme, le thème de l'amour est au centre de ses romans cependant il crée une nouvelle écriture: le réalisme, dont Ferragus fait partie. Ferragus est œuvre qui est introduite par une description détaillée et originale des rues de Paris, à qui l’auteur attribue des qualités ou des défauts. La première phrase : “Il est dans Paris certaines rues déshonorées autant que peut l’être un homme coupable d’infamie ...” dévoile d’emblée au lecteur la tonalité du roman : ambiguïté totale d’un point de vue de registre. L'histoire est d'autant plus formée sur un ensemble de hasards : Dans les chapitres un et deux, on a l'impression que le personnage central va être Auguste de Maulincour car « la caméra » le suit partout, on vit avec lui, et on ressent ce que lui ressent… Puis, dans les chapitres trois et quatre, on vit aux côtés de Jules et Clémence Desmarets (ou Monsieur et Madame Jules). En bref, les deux premiers chapitres, c'est le baron de Maulincour qui sème la zizanie et les deux derniers, on voit l'évolution du couple qui a été mis en danger. J'ai trouvé ce point de vue très intéressant car il est à mon goût très peu utilisé dans les autres romans voire même pas du tout ! A travers ce chef-d’œuvre, Balzac s’est imposé en maître du réalisme, il utilise pour cela ce que l’on appelle couramment des effets réalistes pour donner l’illusion du réel, comme par exemple les lieux avec Paris ses quartiers et ses rues, Pour conclure, le début du livre est assez complexe mais plus on avance dans ce livre et plus nous sommes '' pris '' dans l'histoire, dans l'intrigue, le tout pour un dénouement inattendu ! On n'imagine pas du tout ce qu'il va se passer et comment cela va se passer.. on s'attend à tout sauf à ce qu'il va arriver et c'est ce sentiment-là que Balzac chercher à nous faire sentir et c'est pour cela que je vous conseille ce roman. Pour moi, on se doit de le lire au moins une fois dans sa vie ! Billet de Mathilde Gouze, élève en seconde 4.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut