Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (3ème édition – billet n°30)

1738_les-lyceens-ecrivent-aussi-3eme-edition-billet-n-30
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
Billet sur Marche ou Crève de Stephen King     Une course à la mort au départ du Maine. 100 adolescents volontaires. Des règles strictes et des éliminations sans sentiment, effectuées par les soldats qui encadrent la marche d'une main de fer. Pour tous, le même but : être le seul survivant et recevoir tous les honneurs du peuple et surtout, du Commandant, un être décrit comme suprême et dictateur absolu. Pour tous, à l’exception du vainqueur, le même final : une balle dans la tête. Ray Garraty, concurrent redoutable lors de cette marche, va découvrir l'horreur des hommes et la perversité de la foule de spectateurs, qui ne s'empêchent pas de parier sur la course. Face à la concurrence et l'individualité, l'amitié et l'entraide vont se révéler fort utiles. Se dépasser et se battre pour les êtres chers vont être les maîtres mots de la course. Les coureurs vont alors se rendre compte que la seule force physique ne suffit pas …   Stephen King, sous le pseudonyme de Richard Bachman, signe ici un chef d’œuvre dont l'histoire, bien que fictive, pourrait être adaptée de la société actuelle. Il décrit dans les moindres détails le côté animal qui sommeille en chacun, et les dérives de l'être humain face au sport, décrit comme une nouvelle sorte de télé-réalité. L’atmosphère peut faire songer aux pires heures de l’humanité, telles celles du nazisme : tout est réglementé, les soldats semblent totalement déshumanisés, réduits à l’état de machine dépourvus du moindre scrupule pour abattre celui qui ne peut plus avancer assez vite. Plus les heures passent, plus les forces des participants diminuent et plus s’installent les lois de survie élémentaire qui veulent que chacun songe à défendre sa peau avant celle d’autrui. Le drame est d’autant plus saisissant que S. King met l’accent sur les sentiments de différents protagonistes, qui expriment bien l'ignorance d'une jeunesse en perpétuelle quête de repères mais aussi son courage, sa volonté de dépassement et son endurance à la souffrance. C’est un livre éprouvant car les lueurs positives comme la solidarité qui se créée entre certains membres sont de piètres armes face à la barbarie dominante. La fin, énigmatique, ne fait que renforcer le malaise et maintient jusqu’au bout la diversité possible des interprétations. Une vraie réussite, qui permet à chaque lecteur de remettre en question ses agissements et son style de vie, afin de dénoncer les vices de la société.     Billet de Julien Servero, étudiant en B.T.S. Assistant de Management

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut