Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (3ème édition – billet n°5)

945_les-lyceens-ecrivent-aussi-3eme-edition-billet-n-5
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
Billet sur la conférence d’Akira Mizubayashi à propos de son livre Une langue venue d’ailleurs   Le 24 mars 2011, nous avons eu l’occasion de rencontrer à la librairie Mollat, Akira Mizubayashi, auteur japonais d’Une langue venue d’ailleurs. Il nous a parlé de cet ouvrage autobiographique dans lequel il explique comment, jeune homme, à Tokyo, il s’est passionné pour la langue française et pour Jean-Jacques Rousseau. C’est l’histoire de l’amour d’une culture et d’une langue. A 17 ans, il éprouve un « mal-être linguistique » et un besoin inéluctable de s’orienter vers une nouvelle aventure. C’est alors que le français entre dans la vie d’Akira Mizubayashi. En effet, il découvre notre langue par des cours diffusés par la radio nationale et devient immédiatement passionné par la littérature française et plus particulièrement par Rousseau. Sa passion est telle qu’il vient étudier en France, à Montpellier. Durant ses études il porte encore plus d’intérêt à son auteur favori dont il dévore les œuvres, notamment Le discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Il raconte même que recopier des passages de ces textes « était un geste d’amour », il transcrivait « amoureusement lignes, phrases, paragraphes ». A Montpellier il rencontre sa femme, ils ont ensuite une fille dont l’éducation repose sur deux modèles culturels : elle pratique deux langues, le français avec sa mère, le japonais avec son père. Mizubayashi nous raconte également qu’à son arrivée en France, il a ressenti des difficultés à assimiler certaines habitudes linguistiques de la vie quotidienne , par exemple l’usage des surnoms empreints d’affection ou le simple « bonjour » lancé à un groupe de personnes dans un lieu public. Il témoigne de sa surprise face à ces comportements propres à la culture française et donc différents de la sienne. Grâce à cet entretien et en constatant surtout le bilinguisme sans défaut d’Akira Mizubayashi, il nous a été prouvé qu’il est possible d’apprendre une langue étrangère à la perfection et de comprendre la culture qui s’y rattache. Pourtant, celui-ci finit cette rencontre de façon surprenante en nous affirmant être finalement devenu un peu étranger aux deux cultures qui ont marqué sa vie.   Billet d'Alice Lecomte, élève de 1ère S et d'Andréa Cazoul, élève de 1ère L

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut