Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (3ème édition – billet n°8)

1119_les-lyceens-ecrivent-aussi-3eme-edition-billet-n-8
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
Billet sur La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel Ce roman raconte l’histoire d’un vieil homme, M .Linh qui quitte son pays natal, fuyant la guerre et transportant avec lui ses maigres effets et sa petite fille, Sang Diu. Il arrive dans un pays inconnu, après un long voyage en bateau, il est placé dès son arrivée dans un dortoir où vivent déjà deux familles de réfugiés de guerre, il y restera pendant quelques temps sans ne jamais voir le dehors, jusqu’à ce qu’un jour il sorte, avec sa petite fille, se promener dans cette ville qui n’a pour lui aucune odeur. Après quelques minutes de marche il décide de se reposer un banc, face à un parc, ici il fera la rencontre du troisième personnage important de l’histoire, M.Bark, un gros homme plutôt solitaire, veuf et ancien vétéran de guerre. Ils partageront des moments à la fois simples et forts, créant ainsi entre eux les liens d’une amitié vraie et profonde nouée autour d’une simple gestuelle, d’une musique de voix douce, d’une bienveillance et d’une acceptation mutuelle sans limite. Ainsi chaque jour, ils se retrouveront et ces rencontres deviendront bien vite les moments bonheur de leur triste vie jusqu’à ce qu’un jour, d’autres, l’administration, les services médicaux, la société avec ses règles et ses normes en décident autrement et conduisent M. Linh et sa petite fille dans sa « nouvelle demeure, « le château » dont on ne sort pas. Mais le vieil homme ne supportant ni l’enfermement ni l’absence de son ami à qui il a fait faux bond bien malgré lui,décide de s’enfuir avec sa petite fille et de le retrouver à travers les dédales des rues d’une ville qu’il ne connait pas. La fin est inoubliable à la fois tragique, inattendue et tellement évidente. Elle nous invite à relire ce livre en prêtant plus d’attention à certains indices concernant cette petite fille si sage qui ne pleure avec, avec laquelle les autres enfants du dortoir veulent jouer, que le médecin « oublie » d’ausculter… Révélation très marquante qui laisse deviner l’étendue de la dévastation du vieil homme suite au traumatisme vécu dans son pays. Elle permet aussi de mesurer la profondeur de l’amitié de M. Bark qui a offert certainement au vieil homme le plus beau des cadeaux : une belle robe pour sa petite fille et par là-même, une complicité sans borne dans son mode de fonctionnement. Sans hésitation, je peux dire que j’ai beaucoup apprécié ce roman du début à la fin. Dès la première page, Claudel à travers son personnage M.Linh, nous entraine dans son histoire, grâce à la simplicité des mots qui rend la lecture à la fois agréable et compréhensible mais aussi grâce à la force de ses personnages innocents, auxquels on s’attache fortement. En particulier, le personnage éponyme, M.Linh, dont la personnalité est majestueuse car, malgré son terrible passé douloureux, et ses mésaventures, il garde la tête haute et par un subterfuge probablement inconscient se maintient en vie coûte que coûte et diffuse autour de lui de l’amour et de la bienveillance. Ce personnage m’émeut, il nous montre par ces diverses péripéties que la vie n’est pas facile et joyeuse pour tous, mais qu’il ne faut jamais s’avouer vaincu avant d’avoir combattu. M.Pradine dit « l’Homme peut tomber mais doit se relever » j’ai trouvé que cette belle citation reflète le caractère du vieil homme. Claudel réussi parfaitement à berner ses lecteurs, on est surpris à la fin, cette qualité d’écriture menée par une douce mélodie de mots simples rend le récit beau. Il parvient à nous raconter cette histoire puissante grâce à une expression fluide, faisant tout passer par l’émotion, une part de mystère et une très grande et belle pudeur… Billet de Nadia Boutayeb, étudiante en B.T.S. Assurance première année

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut