Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (4e édition – billet n°23)

3268_les-lyceens-ecrivent-aussi-4e-edition-billet-n-23
Une actualité de Marilyn
Publié le 09/04/2013

Billet portant sur Quelque chose en lui de Bartleby de Philippe Delerm

               Quelque chose en lui de Bartleby est un roman dans lequel Philippe Delerm, nous raconte l’histoire d’Arnold Stizweg, un homme que l’on pourrait qualifier de « Français moyen », employé de la poste. Célibataire depuis 40 ans, il est heureux de l’être bien qu’il ait vécu quelque temps avec une dénommée Clémence Dufour. Le personnage d’Arnold est un peu effacé, il a envie de vivre  sans déranger personne et sans qu’on ne le dérange. Aimant la ville de Paris, la vie de quartier, il se révèle très inspiré par le personnage de Bartleby, dont il fait référence tout au long du livre. (Bartleby est le personnage principal de la nouvelle de Hernan Melville qui, un jour, cesse de travailler et refuse tout ce qu’il lui ait demandé  en répétant «  je ne préférais pas » ou « je ne préfèrerais ne pas » et qui tout, comme Arnold, prône l’inaction.) En effet, à l’instar de cet antihéros, Arnold s’implique très peu dans sa vie et reste indifférent à son métier, de même il a tendance à toujours dire non et éprouve un certain attrait pour la solitude. Enfin, il se passionne lui aussi pour l’écriture.

Arnold Spitzweg, a vu se développer dans son entourage une utilisation de plus en plus fréquente de l’ordinateur, or, au début, cet outil provoque en lui des angoisses, il ne comprend pas comment les gens peuvent passer toute une soirée sur l’ordinateur.

            Cependant, il va être obligé de se familiariser avec cet outil pour son travail et finit par y prendre goût. Il commence alors, à la stupéfaction de ses amies, à tenir un blog  qu’il nomme www.antiaction.com , titre qui devient une profession de foi .C’est un blog dans lequel il prône un art de vivre basé sur la philosophie du « carpe diem » dont l’objectif est d’apprécier chaque plaisir de la vie quotidienne.

Alors qu’il ne s’y attend pas, son blog connait un succès phénoménal auprès des internautes  même si, au début, il n’est pas trop à l’aise avec les commentaires qu’on peut lui adresser.

Il sort alors de l’anonymat à partir du moment où les chroniqueurs de France Inter  le félicitent pour ces écrits.

          Un jour  un important éditeur, voyant la réussite de ce blog, lui propose de le publier.

Arnold se remet alors en question, il vit de plus en plus mal sa notoriété n’aimant pas être au centre des discussions, il refuse finalement cette proposition, sous prétexte qu’il préfère écrire avant tout pour lui.

On comprend ainsi que Arnold qui est un personnage de nature plutôt réservée, s’est perdu dans toute cette notoriété, il ne se reconnait plus et si le blog lui procure une certaine liberté d’expression  il pourrait aussi constituer lui un danger en l’amenant à renier sa nature profonde encline à la contemplation... Il prendra alors une solution définitive pour se retrouver lui-même.

          Ce roman interroge notre relation aux nouvelles technologies et surtout, à travers l’exemple du blog, notre besoin de nous exprimer, de parler de nous et de rendre publique cette parole comme si nous étions sans cesse en quête de la reconnaissance d’autrui. Cette nouvelle forme d’expression que certains ont qualifiée de « parole extime » présente des avantages indéniables mais aussi des dangers, le premier d’entre eux étant le risque de perdre le contrôle de sa vie et d’être dépassé par la notoriété. L’auteur nous fait aussi remarquer le besoin qu’on l’on éprouve à faire comme tout le monde finalement ; il interroge sur l’ambiguïté de ce personnage qui revendique sa différence tout en devenant conformiste puisque comme tout un chacun il cède aux sirènes de son époque en se familiarisant avec les nouveaux moyens de communication.

C’est un  roman intéressant qui pousse les lecteurs à prendre du recul sur l’ensemble des révolutions  numériques qui ont modifié notre quotidien. Il ne pourra que plaire à ceux qui ont un esprit porté à la contemplation, ils se reconnaitront alors dans la vision du personnage et dans ses réflexions.

Billet de Nadya Bouhsoum étudiante en B.T.S. Assurance deuxième année

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut