Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (billet numéro 5)

79_les-lyceens-ecrivent-aussi-billet-numero-5
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
logocondorcet.jpg Les larmes de l’assassin d’Anne Laure Bondoux (édition Bayard Jeunesse) « Les larmes de l’assassin », nom contradictoire de nature, mais tellement plaisant ! C’est la première chose que j’ai pensé pour ce livre. En le lisant, ma première impression a été très bonne : l’histoire est très attachante, la relation entre le tueur et l’enfant est très chaleureuse bien que distancée au début. Lors de leurs rencontres, Angel hésite à tuer le petit : « Un sursaut inattendu de sa conscience, peut-être un peu de pitié, retlarmes-assassin300.jpgenait son bras ». Je n’ai jamais tué d’enfant, dit-il. Et la réponse qu’il reçu ne fut vraiment pas celle qu’il attendait. « Moi non plus », répondit Paolo. Cela créa déjà un lien particulier entre eux. Mais Paolo ne semble pas se soucier de vivre avec le meurtrier de ses parents. Il voit tous les jours la bosse que fait la tombe de ses parents sur le sol sans que cela ne le trouble ou le gène particulièrement. Une des scènes les plus touchantes est lorsque Angel récupère Paolo après que ce dernier se soit perdu. Angel ressent à ce moment-là un bonheur intense car c’est lui qui a sauvé Paolo : « Il ne ressentait plus qu’un immense soulagement, et la fierté d’avoir retrouvé l’enfant vivant. Cela rayonnait en lui, si bien qu’il songea à remettre l’assassinat de l’étranger à plus tard pour ne pas gâcher ce moment extraordinairement serein, ce moment où il marchait, un corps lové contre le sien, avec la certitude d’accomplir quelque chose d’important dans l’univers ». Cette scène est réellement émbondoux300.jpgouvante, très bien rédigée, et les sentiments sont très bien retranscrits. On aurait pu sentir la main gelée de l’enfant se glisser dans la notre, son corps engourdi contre notre poitrine. L'auteur a une façon d'écrire qui nous fait vraiment vivre et ressentir l’histoire et les sentiments des personnages. On peur sentir chaque chose. De simples phrases comme « Moi aussi, ce sont les jaunes que je préfère », sont rendues magnifiques et très agréables à lire. Pour conclure, ce livre est une vraie réussite, et son auteur tout autant ! Seul défaut remarqué : un manque de variété de vocabulaire. Sinon, c'est que du bon ! Bénard Odile, élève de seconde 3. La première semaine des "Lycéens écrivent aussi" s'achève. Nous remercions tous les élèves du lycée Condorcet pour leur entrain à participer à ce projet commun. Nous les retrouverons pour notre plus grand plaisir pour une deuxième salve de billets à partir du 15 février. A bientôt

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut