Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (billets n°11 et 12)

104_les-lyceens-ecrivent-aussi-billets-n-11-et-12
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
logocondorcet.jpgLa troisième série de billets des élèves de Condorcet va déferler sur notre blog cette semaine. Afin de promouvoir la qualité des articles écrits par les étudiants du Lycée Condorcet durant cette campagne, un prix récompensera la production d'un ou plusieurs élèves ou étudiants qui se seront particulièrement distingués dans l'année. Le premier prix récompensera le meilleur « billet » publié sur le blog, celui qui donne le plus envie de lire ou qui fait preuve de la plus grande originalité. Une présélection des billets les plus notables sera d'abord effectuée, puis ceux-ci seront soumis à un jury qui élira le vainqueur et récompensera aussi deux autres billets. Il y aura donc trois prix en tout. La librairie s'engage à doter les prix de récompenses sous forme de lots de livres. Il est convenu que le prix serait remis début mai 2010. Le jury est composé d'un libraire de chez Mollat, d'une auteure, d'une bibliothécaire, d'une adolescente qui n’est pas du lycée Condorcet, d'une journaliste et du webmaster de la librairie. La délibération du jury se fera au Lycée Condorcet, au mois d'avril. La remise des prix aura lieu au mois de mai, à la Librairie Mollat. Et maintenant, place aux articles. Tribune ouverte ! Les larmes de l'assassin d'Anne-Laure Bondoux, Bayard Jeunesse larmes-assassin300.jpgSentimental et incontournable, Les larmes de l’assassin relate l’angoissante rencontre de Paolo et Angel, l’assassin des parents de ce même Paolo. Mais au contact de Paolo, Angel « le truand », « l’assassin », découvre l’amour et rivalise avec Luis pour obtenir l’affection de l’enfant : « sans l’amour de cet enfant, il redeviendrait ce qu’il était, un voleur, un escroc, un parasite dont la vie n’importe à personne ». Ainsi, le lecteur est dérouté par la confrontation des deux univers, celui de l’innocence et celui de la malfaisance. Cela l’amène à réfléchir sur le bien et le mal. Certes, le début nous annonce la fin, mais le triste sort de nos deux héros ne peut que nous émouvoir. Les chapitres nous absorbent dans un suspense haletant et inquiétant. Cet humour et cette imposante tragédie font de ce livre une histoire attachante. Durant tout ce périple, nous ressentons les joies et les peines des personnages. Anne-Laure Bondoux est donc une virtuose du sentimentalisme : « Chaque soir, Angel se tenait devant la fenêtre pour que les deux autres ne voient pas les larmes, les larmes qui mouillaient ses yeux d’assassin ». En revanche, on pourrait reprocher un grand nombre de va-et-vient parmi les personnages, comme Délia qui n’apporte aucun enrichissement dans l’avancement du récit. Toutefois, je conseillerai ce livre à un jeune public car le vocabulaire et les actions y sont appauvris. En effet, un unique chapitre peut séparer les mêmes descriptions et les mêmes actions. Le prénom Angel signifie ange, ne serait-ce pas une contradiction envers son statut de meurtrier ? Mylène Falcone, classe de seconde 3 Jeune fille d'Anne Wiasemsky, Folio anne_wiazemsky300.jpgAnne Wiazemsky nous fait parvenir son dernier ouvrage, Jeune fille, un roman accrocheur pour sa sensibilité. Il est touchant grâce à l’héroïne principale du livre qui est l’auteur elle-même. Encore enfantine, l’héroïne va connaitre une évolution physique et morale grâce à un homme. Grâce à Robert Bresson, célèbre réalisateur qui un jour pénétra dans la vie de cette « gamine » et qui décida de lui faire incarner Marie dans son dernier film Au hasard Balthazar. Seulement après autorisation de son grand père et tuteur François Mauriac, elle partit avec son mentor dans la campagne , autour de Versailles, afin de débuter les premières prises du film. C’est ainsi qu’elle pénétra dans une aventure qui la changera à jamais. Anne Wiazemsky nous montre dans son roman les difficultés et le bonheur de travailler avec un homme si apprécié, si respecté et si étrange. En effet, celui-ci s’éprend de cette jeune fille, si parfaite selon lui, qu’il essaie à plusieurs reprises d’embrasser. Malgré cela, Anne s’émeut pour un acteur qui, l’espace d’une nuit, deviendra son amant. Ainsi elle put découvrir les joies de l’amour tendre et physique. De plus, elle nous raconte le changement radical qui s’opère en elle, la jeune fille devient femme, beaucoup moins proche de sa famille, elle veut vivre sa vie, découvrir le monde, elle s’attache tendrement à ce film, elle y connaitra des joies et des déboires. Toutes les expériences concernant le tournage du film, soit l’ambiance, le travail si dur et si différent, les gens, l’équipe, le maître, si tendre et si délicat, qui refuse de se dire qu’il faudra bien qu’elle parte, qu’elle reprenne le cours de sa vie, et qui refuse de se séparer d’elle. C’est ainsi qu’Anne, à la fin du tournage les quitta tous, avec, je pense, le cœur lourd de souvenirs. C’est ainsi qu’Anne Wiazemsky publie son ouvrage, peut-être voulant partager son expérience avec ses lecteurs, c’est pourquoi elle décide de partager un bout de sa vie dans un ouvrage plein d’émotions. Alexie Nassiri, élève de première L

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut