Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (billets n°13 et 14)

105_les-lyceens-ecrivent-aussi-billets-n-13-et-14
Une actualité de Administrateur
Publié le 05/11/2012
logocondorcet.jpg Laurent Mauvignier, Loin d’eux (Minuit) Parfois, le caractère recherché de certains mots ne cadre pas avec le niveau de langage des personnages. Mais le livre est très bien écrit. En effet, l'écriture touche, elle rend avec finesse et subtilité les émotions et la douleur. Elle traduit remarquablement l'absence de communication, le malentendu, le non-dit et le mal-dit, les choses qu'on n'arrive pas à nommer, les choses qu'on ne dit pas, jusqu'à l'indécence totale : l'énorme gâchis fait malgré – ou avec – beaucoup d'amour, puisque ces parents aiment leur enfant. loindeuxpoche.jpgLa construction du livre est atypique ; il s’agit d’une succession de monologues intérieurs. Les premières pages sont difficiles à comprendre, on est perdu, on ne sait pas qui parle, il n’y a aucune chronologie. Luc parle, puis sa mère et son père racontent combien il est difficile de surmonter sa mort, ensuite, Luc intervient de nouveau, il évoque ses sombres journées à travailler au bar. Ceci dit, au fur et à mesure de la lecture, en apprenant à connaître les personnages, on sait qui parle comme si le relais d'un personnage à l'autre suivait une certaine logique aussi implacable que l’est l’issue tragique de cette histoire. Ce livre démontre l’importance de la communication au sein d’une famille et des relations humaines. Il prouve la nécessité de dire ce que l’on pense avant qu’il ne soit trop tard. Manon Lesimple et Lou Fontanet, étudiantes en B.T.S. A.M. Delphine De Vigan, Jours sans faim (J'ai Lu) jourssansfaim.jpgUne explosion de sensations pour exprimer de grands sentiments Quand nous voyons le livre, nous pouvons directement deviner que le personnage principal est une fille grâce à la couverture. Le titre Jours sans faim est fondé sur un jeu de mots « faim=>fin », les lecteurs qui entendent peuvent comprendre (sans connaître l'histoire) que le titre signifie une journée qui ne se termine jamais. Je trouve que la première de couverture définit bien l'histoire du livre : une femme aux traits minces. Peu de couleurs sont utilisées, il n'y a que du jaune et du noir ce qui rend l'aspect du livre plus triste, moins gai. L'auteur, Delphine DE VIGAN est un jeune écrivain qui publie sous le pseudonyme de « Lou ». Ce livre est un roman autobiographique. Il parle de l'anorexie, maladie à laquelle Delphine a dû faire face durant la fin de son adolescence. Ce livre est descriptif de la maladie : comment l'on devient anorexique, pourquoi, etc... Ex : Page 42 « A dix-sept ans, elle voulait gommer les rondeurs de son adolescence, elle rêvait d'avoir les joues creuses pour se donner l'air un peu plus fatal. Quand l'été s'est annoncé, comme toutes les filles de son âge, elle a commencé un régime pour pouvoir dandiner des fesses en maillot sur la plage ». On pourrait voir ce livre comme un documentaire car il nous montre pourquoi des personnes tombent dans l'anorexie mais c'est bien plus, c'est un roman ! Un roman qui est rempli d'émotion comme le personnage principal, nommé Laure, qui décrit la maladie à travers les sensations éprouvées, sensations souvent profondes, qui nous prennent au point que l'on a peur, mal avec Laure. Peut-être est-ce les sensations que Delphine a éprouvées ? Quand nous voyons que Laure est atteinte d'anorexie au point de ressentir la mort en elle; qu'elle a de très gros problèmes familiaux, Laure a de quoi être triste et énervée! De plus, l'auteur interprète vraiment bien cela, du fait qu'elle l'a vécu elle même, en utilisant un vocabulaire familier qui traduit la colère : Page 21 « Pour l'instant elle sait juste une chose : elle voulait leur faire mal, les blesser dans leur chair, les détruire peut-être. Son père et sa mère. Qu'ils ne s'en tirent pas comme ça. […] Mais maintenant elle sait aussi que cela ne changera rien, qu'elle peut leur balancer en pleine gueule son corps décharné comme une insulte, et tout ce dégoût qu'elle a d'eux, elle sait que cela peut durer encore longtemps ». Pour la narration l'auteur a utilisé la 3° personne car l'histoire date. Ce sont de vieux souvenirs. Elle l'a aussi utilisée afin d'extérioriser ses souvenirs. Elle a aussi changé les noms car le récit ne correspond pas parfaitement à la réalité dans le respect de l’anonymat. Vient un moment où Laure n'en peut plus, n'en peut plus de lutter, n'en peut plus de cet hôpital, n'en peut plus de tout... Le poids qui est demandé lui semble si loin, si dur d'accès, les efforts à fournir trop importants, c'est si facile de se laisser mourir... Heureusement, le Dr Brunel est là mais est-ce suffisant, s'en sortira-t-elle ? Je vous laisse découvrir le chemin qu'elle a choisi et qui est raconté à travers ce roman magnifique. Raphaël Rossignol et Florian Arthur, seconde 3

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut