Chargement...
Chargement...

Partir, grandir, choisir...

4748_partir-grandir-choisir
Une actualité de Véronique D.
Publié le 20/12/2014

intemporia-t-1Après le troublant Le faire ou mourir, qui aurait imaginé que Claire-Lise Marguier allait revenir sur la scène littéraire avec un roman de fantasy ? Et pas n'importe lequel, pas de ceux qui surfent sur une mode ou copient en espérant ne pas en avoir l'air un succès de la saison passée... Mais plutôt un roman singulier dans l'univers très codifié de la fantasy qui ravira les amateurs de genre et envoûtera les amateurs de littérature, tout simplement...

Dès les premières lignes, le charme opère. Claire-Lise Marguier immerge son lecteur dans un monde imaginaire où chacun vit dans la crainte de voir se réaliser une funeste prophétie. A la fin d premier chapitre, changement de décor et de personnages : dans un village paisible et prospère, le jeune Yoran obtient la main de la charmante Loda et construit pour eux et leur future famille la maison qui abritera leur bonheur. Le bonheur sera de courte durée : une maladie que les potions pourtant réputées de la jeune femme ne parviennent pas à guérir endeuille la communauté. Lorsque Loda est prise par les fièvres à son tour, Yoran ne peut supporter l'inaction et se montre prêt à tout affronter pour sauver celle qu'il aime... Yoran, héros malgré lui mais par amour, va devoir aller bien au delà de tout ce qu'il avait pu imaginer, voyant vaciller toutes les certitudes acquises depuis l'enfance. Les choix qu'il va devoir faire ne seront pas la moindre des épreuves qu'il aura à surmonter... Il souffle sur ce roman un souffle romanesque indéniable où l'écriture élégante de Claire-Lise Marguier fait merveille. La construction de l'intrigue rend hommage à l'intelligence du lecteur, lui laissant le temps de faire des hypothèses, de cheminer dans l'histoire sans que tout lui soit asséné. Les éléments s'imbriquent peu à peu, les révélations viennent en leur temps et que dire des personnages ! Humains, terriblement humains... Sans manichéisme et loin de toute caricature, ils vivent, palpitent, fragiles ou héroïques, en proie aux doutes, à des choix parfois tragiques et lourds de conséquence. Et que dire de la reine qui tient le royaume d'une main de fer, personnage sulfureux et séduisant ? "Plus réussi est le méchant, meilleur sera le film" disait Alfred Hitchcock. Appliquez la citation à la littérature et vous saurez que Le sceau de la reine, premier tome de la série Intemporia, est un chef d'œuvre !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut