Chargement...
Chargement...

Quand l'enfant disparaît

1438_quand-l-enfant-dispara-t
Une actualité de Véronique D.
Publié le 22/07/2013

Dans une petite ville tranquille de Belgique, un enfant a disparu. Alors qu'elle faisait une petite course dans une boutique située dans une rue peu passante, Denise Desantis a laissé son plus jeune fils, âgé de 13 mois dans sa poussette, la capote rabattue, et est entrée chez la commerçante avec son fils aîné. Alors qu'ils sortent du magasin, la stupeur puis l'angoisse jettent la mère affolée dans les rues avoisinantes, ameutant les riverains. Aucun indice, aucune trace de l'enfant, elle fait appeler la police et très vite, l'enquête commence...

Tu ne jugeras point est certes un roman policier avec pour personnages principaux les incontournables policiers, l'indispensable juge d'instruction sans oublier victimes, témoins et suspects. Tout est en place donc pour mener à terme une enquête qui ne tarde pas à désigner aux yeux du lecteur la mère du petit garçon (mère modèle qui élève ses quatre enfants avec amour) comme une suspecte potentielle.  Mais tout n'est pas si simple et les apparences pourraient bien s'avérer trompeuses...

Avec une écriture élégante qui s'applique à peindre avec finesse le décor de cette petite ville et de ses habitants d'une part et d'autre part l'univers des enquêteurs rendus prudents par des affaires antérieures (nous sommes après l'affaire Dutroux, clairement citée à plusieurs reprises), Armel Job pose habilement la question de la présomption d'innocence  et place son lecteur face aux difficultés qu'ont les juges à se forger une intime conviction qui implique une énorme responsabilité. Chacun des personnages est dépeint avec ses failles, ses secrets et il apparaît bien vite que les fils vont être difficiles à démêler dans une affaire passionnante pour le lecteur, jusqu'aux rebondissements des dernières pages.

En refermant le roman d'Armel Job reste le sentiment d'avoir vécu quelques heures avec des personnages habités d'une véritable existence. Poignants, donnant leur meilleur d'eux-même, ils se débattent dans leur vies ordinaires, avec maladresse et sincérité et ce sont eux qui donnent tout son charme au récit, peut-être davantage que l'intrigue elle-même. Un très beau roman noir qui n'est pas sans évoquer l'univers du grand Simenon.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut