Chargement...
Chargement...

Réparer les vivants

condorcet5.jpg
Une actualité de Anaïs H.
Publié le 09/11/2017
Ce billet d'humeur a été rédigé par Adrien Lauwerier, étudiant en B.T.S.Assurance du lycée Condorcet de Bordeaux
Il est temps aujourd’hui de vous parler d’une œuvre que j’ai eu le plaisir de découvrir, celle de Maylis de Kerangal qui s’intitule Réparer les vivants.
C’est l’histoire d’une transplantation cardiaque. Tout commence lorsque le jeune garçon qui se prénomme Simon Limbres, âgé de 19 ans, est victime d’un grave accident de la route.
C’est sa mère qui est la première au courant, et elle ne se doute pas une seule seconde de la tournure que va prendre cette situation. En effet, elle et son mari apprendront rapidement par la suite que leur fils est malheureusement décédé.
Pourtant ce n’est ici que le début de toute l’aventure qui sera à la fois très rapide et interminable.
Le cœur de Simon, grâce à la médecine, bat toujours, se pose alors la question du don d’organe tandis qu’en parallèle, Claire Méjan, 51 ans, attend dans l’angoisse de mourir à tout moment, elle est sur la liste des demandeurs urgents d’organes.
Enfin, précisons, que ce récit se déroule en 24h, comme une tragédie. L’histoire commence à 5h50 et se termine le lendemain à 5h49.
 
Toute l’intrigue est construite à partir des différents faits évoqués ci-dessus. Leur mise en relation donne de la tension au récit, un suspense haletant car le temps est compté : les parents vont-ils accepter le don ? L’équipe médicale va-t-elle réussir à réaliser les différentes transplantations ? Nous sont aussi montrés la douleur du deuil, ses différentes étapes de l’incrédulité à l’acceptation, l’accompagnement médical, et plus que tout le respect et la dignité qui entourent la personne humaine. Par ce livre, Maylis de Kerangal délivre une véritable leçon de vie autour de la transplantation d’organe.
 
Ce roman est un hymne à la vie, et cela dès le titre : Réparer les vivants.
Maylis de Kerangal part d’un évènement dramatique pour finir sur un acte d’une rare beauté. On peut parler « d’explosion sentimentale » : en tant que lecteur on peut ressentir une multitude d’émotions variées et ce, grâce notamment à la description qui est faite des différents personnages particulièrement touchants, à commencer par les parents du jeune homme, mais aussi les membres de l’équipe médicale, notamment Thomas, l’infirmier qui prend en charge tout le processus de mise en place de la transplantation.
Ce récit, bien que fictif, présente un aspect documentaire, proche de la réalité et le lecteur en vient à se questionner sur les choix qu’il pourrait faire dans une situation similaire.
 
Cette œuvre mérite d’être connue de tout le monde, elle apparaît comme un souffle de vie, elle nous fait découvrir « de l’intérieur » toutes les implications du don d’organes et nous invite à nous interroger sur nous-mêmes. Ouvrez le livre et laissez-vous entrainer dans cette aventure hors norme, difficile et pourtant si riche d’espoir et de générosité !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut