Chargement...
Chargement...

Traverser la nuit

1900_traverser-la-nuit
Une actualité de Véronique D.
Publié le 16/05/2012

Traverser la nuit est de ces romans qui vous laisse un peu sonné, contraint de digérer une lecture qui vous a laissé, presque au cœur de la nuit, des images devant les yeux, puissantes, et dans la tête le souvenir de phrases sublimes qui vous ont fait trembler. Les pages se sont tournées presque malgré vous, tenté que vous étiez de vous arrêter davantage pour vous délecter des trouvailles, tenté aussi de percer à jour les secrets de ce si tranquille petit village picard d'Etrenjoie...

Il ne se passe jamais rien à Etrenjoie, rien jusqu'à ce jour où l'on découvre, noyé dans une mare, Jacques Jaron, figure bien connue du patelin. Pour Vilor, jeune flic qui voudrait bien nettoyer tout ce qu'il y a de sale au monde, l'affaire est compliquée : pas plus d'indices que de témoins, des mobiles incertains, des suspects peu convaincants et puis surtout des sentiments trop forts pour la fille de la victime, Blanche, 17 ans, sensuelle et affolante. Depuis ses 12 ans et une métamorphose spectaculaire, l'ingénue met tous les hommes du village au défi de garder leur sang-froid par ses seules apparitions et rappelle, par sa fausse candeur, les plus grandes héroïnes des romans noirs.

Sous les lumières de  Picardie auxquelles Martine Pouchain rend un superbe hommage, dans ce décor d'air et d'eau qui chaque soir rougeoie et tombe dans la nuit, les langues se délient, le doute s'invite à la fête, les révélations   s'emboîtent  sans que le motif du puzzle n'apparaisse encore. Les personnages prennent chair tandis que leurs secrets s'éventent, que leurs failles les éclairent et que le lecteur s'interroge, traquant  l'indice décisif qui le fera entrer dans le secret des Dieux.

Traverser la nuit transpire de chagrins enfouis, de sentiments qui cognent, de solitude et de douleurs jamais apaisées et résonne comme un requiem : une messe pour âmes seules et abîmées, que rien ne pourra réparer.

Après La ballade de Sean Hopper, Martine Pouchain confirme s'il était nécessaire qu'elle excelle à donner la parole aux plus simples, à ces gens ordinaires qui, sous sa plume, font entendre leur voix singulière. Absolument incontournable !

     

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut