Chargement...
Chargement...

Un enfer en famille

4499_un-enfer-en-famille
Une actualité de Véronique D.
Publié le 29/08/2014

Un hiver en enferQui n'a pas constaté un jour que vivre en famille avec un ou plusieurs ados pouvait ressembler (parfois) au parcours du combattant ? Quel ado n'a pas douté de l'amour qu'on lui portait (ne serait-ce qu'une minute !) et quel parent ne s'est pas trouvé démuni voire habité par la fugace idée qu'il vivait ...l'enfer ? Un hiver en enfer est sans doute le roman le plus anxiogène de Jo Witek, un roman construit comme une partie de bras de fer entre une mère et son fils. Un face à face fascinant, terrible, acharné. Un grand combat pour la vérité...

Edward est un adolescent plutôt réservé et secret, de ceux que l'on utilise comme souffre-douleur dans les établissements scolaires. Il trouve son épanouissement dans sa passion pour les jeux vidéos en réseau où son avatar rivalise d'adresse et d'audace avec les meilleurs. Dans la réalité, le tableau est moins brillant : s'il est très attaché à son père, architecte de renom, le jeune homme n'a guère connu l'affection maternelle, passant de nourrice en nourrice toute son enfance tandis que sa mère, de santé fragile, enchaîne les séjours en hôpital psychiatrique. Quand Rose revient au domicile familial soi disant guérie et désireuse de donner des signes de tendresse à son fils, Edward se replie sur lui même. Pas question d'ouvrir son cœur à cette femme qui s'est donné si peu de mal pour lui et dont la main sur son front lorsqu'il était malade lui a tant manqué ! Ce serait trop facile... Le destin va pourtant les rapprocher plus vite qu'ils ne l'auraient voulu : dans la nuit suivant le retour de Rose, le couple se rend en voiture chez une amie pour dîner. Quand la police téléphone en pleine nuit, c'est pour annoncer à Edward que son père est mort dans un accident de la route et que sa mère est gravement blessée...

Tout est en place pour que le bras de fer commence. Sortie de l'hôpital, Rose emmène son fils à la montagne dans leur résidence secondaire, se montre prévenante comme jamais, tendre et attentive. Mais la parenthèse enchantée devient troublante puis inquiétante quand Edward se met à suspecter sa mère de vouloir l'isoler. Et si Rose n'était pas guérie et fomentait dans son esprit malade un plan pour éliminer son fils sans que personne ne s'en doute ? Dans cette histoire, l'un dit blanc, l'autre noir. L'un dit vrai, l'autre ment. Mais pourquoi ?

Après Peur Express et Rêves en noir, Jo Witek revient nous mettre les nerfs à vifs avec un roman parfaitement construit, oppressant à souhait et ose au passage bousculer quelques idées reçues sur l'amour maternel et la relation parents-enfants. On ne vous fera pas l'affront d'enchaîner les poncifs ("un livre qu'on ne peut pas lâcher" etc etc) mais croyez nous sur parole, cette atmosphère délétère va emmener les personnages à affronter leurs pires démons et le lecteur ne sera guère épargné par un épilogue d'une tension insoutenable...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut