Chargement...
Chargement...

Vague de froid bis

42_vague-de-froid-bis
Une actualité de Véronique D.
Publié le 11/12/2009

neige la nuitChose promise, chose due, après La princesse et l'assassin venu de Suède, Caulfield, sortie interdite du norvégien Harald Rosenløw Eeg va, lui aussi, vous mettre les nerfs à vif tout en vous glaçant les sangs.

Klaus fait sa rentrée dans un nouveau lycée où sa mère, conseillère d'éducation, vient d'être mutée. La découverte de leur nouvelle maison au fin fond d'un lotissement donne le ton.  Au fond du jardin, un portail "comme une porte au-delà de laquelle on entrerait de plain-pied dans le néant".

Alors qu'il se familiarise avec son nouveau lycée, Klaus surprend un échange aussi menaçant qu'inquiétant  entre un lycéen qu'il aperçoit de dos, arborant le n°13 sur son maillot de foot et un homme  "à la voix grave, râpeuse". De quoi Klaus a t-il été témoin ? Quel est l'enjeu de cette courte conversation sourde de tension où il question "d'arranger" des notes ? Alors qu'il retrouve le garçon au maillot de foot dans la salle d'informatique, Klaus prend mentalement note du mot de passe que celui-ci entre sur l'écran -Caulfield- et fait ainsi connaissance de Sturla, fils de l'entraineur de l'équipe de foot.

Que cache l'énigmatique Sturla, pourquoi vient-il voir la mère de Klaus, à leur domicile, pourquoi n'attend t-il pas son retour s'il a tellement besoin de son aide ? Klaus sera le dernier à l'avoir vu voir vivant : Sturla est écrasé par le métro quelques heures plus tard.

Accident malheureux, suicide, ou meurtre ? Klaus se fait un devoir de  répondre à la question, d'autant plus qu'il est en possession de la clé USB que Sturla a perdu sur le chemin avant de mourir. Sur cette clé, son journal intime. Mais à qui était-il destiné et surtout ...qui est Caulfield ?

Mille et une questions, mille et une fausses pistes jalonnent ce roman étouffant, opressant, où le malaise est constant. Caulfield, -nom du héros de L'attrape-coeurs est multiple, omniprésent et invisible à la fois, terrifiant. La quête de la vérité sera riche en rebondissements, en révélations sordides sous un ciel lourd de flocons gris, puis rouges.

Oui, ce roman est terrible. Parce qu'il parle de manipulation, de sujétion aliénante, n'offrant aucun échappatoire dans une société corrompue, hypocrite, jouant sur les faux-semblants. Ce monde là est froid et cruel, sans issue autre que fatale et pourra déranger bien des lecteurs. Mais le roman est fascinant dans sa démonstration, et raviera les amateurs de romans noirs, noirs comme une longue nuit d'hiver du grand nord.

                                                                                                    caulfield, sortie interdite

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut