Chargement...
Chargement...

Le nominé du mois de janvier : Yves Grevet

868_le-nomine-du-mois-de-janvier-yves-grevet
Une actualité de Libraires jeunesse
Publié le 17/01/2013
Premier portrait pour le prix du roman jeune public, Monsieur Yves Grevet. On ne vous dira pas grand chose de sa vie privée parce que finalement, cela nous regarde assez peu... quelques bribes cependant : né en 1961, marié, des enfants, professeur des écoles dans la banlieue parisienne. Voilà ! On peut néanmoins vous dire, pour avoir eu la chance de le recevoir à la librairie, que c'est un homme extrêmement gentil, très attentionné à l'égard de ses lecteurs et un poil timide ! Mais finalement ce qui nous intéresse vraiment ce sont ses talents d'auteurs et sa bibliographie qui s'étoffe de plus en plus : - Comme les cinq doigts du pied, Nathan, 2005 (réédition 2012), à partir de 7 ans - C'était mon oncle !, Syros, 2006, à partir de 9 ans - Jacquot et le grand-père indigne, Syros, 2007, à partir de 9 ans - Méto, 3 tomes, Syros, 2008, 2009, 2010, à partir de 11 ans - Seuls dans la ville entre 9h et 10h30, Syros, 2011, à partir de 11 ans - L'école est finie, Syros, 2012,  à partir de 8 ans - Nox, tome 1, Syros, 2012, à partir de 13 ans   Évidemment, j'ai mes préférés...  je ne ferai donc pas de résumés de chaque roman mais des trois qui ont, selon moi, fait de Yves Grevet un auteur incontournable pour la jeunesse. Commençons par L'école est finie, qui est le livre en course pour notre prix. Ce très court texte est un hors-série dans la collection des "mini" chez Syros. Il a l'étoffe d'un "indignez-vous" pour les enfants. En 2008, Arthur nous raconte sa vie "d'écolier" : ses parents trop pauvres pour lui faire fréquenter une école privée l'ont inscrit dans l'école "jardins et maison" pour laquelle ils ont signé un drôle de contrat ; en l'échange d'un vague enseignement, il travaille pour cette entreprise pour les 15 ans à venir. Tous les apprentissages reçus sont tournés vers les maisons et jardins dans l'idée d'en faire un parfait employé pour ses années futures. Sans rien connaître du modèle antérieur, Arthur a bien conscience de ne pas vivre des choses très épanouissantes. Aussi lorsque son amie Lila qui fréquente l'école "Speed-fooding" lui apprend que ses parents l'ont inscrite à l'école du maquis où des enseignants à la retraite pratiquent "une éducation à l'ancienne", Arthur se prend à rêver à ce que pourrait être une vie d'écolier libre... Ce court texte très fort fera réfléchir petits et grands sur les valeurs de l'enseignement, de la solidarité, de l'humanisme et surtout des méfaits d'une société où le profit règne en maître. Vient ensuite, Méto, trilogie d'anticipation : Méto, une jeune garçon vit dans la maison ; comme les autres, il n'a aucun souvenir antérieur à son premier jour la-bas ; les enfants sont entourés de César qui sont aussi bien enseignants, surveillants, intendants ; après la classe, les enfants jouent à des jeux très violents, proches de jeux du stade ; quand ils vont se coucher, ils ne doivent pas faire craquer le bois du lit sinon cela signifie qu'ils ont grandi et ceux qui grandissent quittent la maison et personne ne sait où ils partent. Un jour, Méto est chargé d'encadrer un nouvel arrivant : pour la première fois, il énonce ces règles à haute voix et prend conscience de l'étrangeté de sa situation. Aiguillé par d'autres garçons, par toujours bien intentionnés, Méto va partir en quête de la vérité. J'ai rarement eu l'occasion de lire un livre aussi addictif : les questions sont si nombreuses et les réponses si rares qu'il est absolument impossible de lâcher le livre une fois commencé. On suit Méto jeune garçon très charismatique dans sa recherche de la vérité, on le soutient, le supporte, tremble avec lui... jusqu'au dernier moment, priant pour qu'il sorte indemne de tout cela. Bref, comme on se l'est souvent dit, Méto est notre ami et je vous invite à faire sa connaissance de toute urgence. Pour finir j'évoquerai Seuls dans la ville entre 9h et 10h30 qui est un texte plus léger... Ici, l'auteur s'essaie au polar avec brio. Pour un devoir de rédaction, les élèves d'une classe de première reçoivent la consigne suivante ; "postez-vous quelque part dans la ville, seuls, entre 9h et 10h30 et écrivez". Ce jour-là, dans le même laps de temps, un crime est commis dans la ville. Alors que l'enquête piétine, Erwan, un des élèves de la classe a l'idée de réunir toutes les copies, persuadé que quelqu'un a forcément aperçu quelque chose qui pourrait être décisif. Avec son amie Cassandre, il va donc éplucher les copies une à une : pour le lecteur, la découverte est jubilatoire avec des proses plus ou moins inspirées de formes très variées. Sans parler des commentaires de la prof, qui nous font bien sentir la présence du Yves Grevet, professeur. Rajoutez à cela une délicieuse histoire d'amour entre les deux adolescents et vous avez un roman extrêmement agréable, très divertissant, différent de ce à quoi l'auteur nous avait habitués jusque-là. Voilà, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cet auteur, il n'y a plus qu'à... Bonne lecture et rendez-vous la prochaine fois avec Anne-Gaëlle Balpe.

Abonnement

Derniers articles du blog "Coccinelles et Petit pois" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Petit pois (9)

Frédéric alias Petit pois : Le créatif de la bande, l'imagination est sa loi. C'est un doux rêveur poète et musicien.

Administrateur (5)

Description par défaut

Taupette (1)

Taupette est le surnom de l'apprentie libraire du rayon Jeunesse, déjà pleine de ressources !

Carococo (1)

Caroline dite Carococo : la mémoire du rayon ! (Presque) aucune demande farfelue ne lui résiste.