Chargement...
Chargement...

61 heures, pas une de plus !

7362_61-heures-pas-une-de-plus
Une actualité de Vincent
Publié le 25/03/2016

 Avant d’apparaître  récemment sur les écrans, Jack  Reacher est un personnage créé par Lee Child : si 17 romans sont parus  en anglais,  seules 5 aventures sont disponibles en français dont la dernière s’intitule 61 heures.

Voici en quelques traits son profil exceptionnel : mesurant 1,95 m pour 110 kg, Jack Reacher est sorti Major à l’école militaire de West Point, avant d’enquêter pour la Navy pendant 13 ans. Décoré 6 fois, il est expert en armes de poing et  excelle dans le combat au corps à corps. Sans aucune attache matérielle ou sentimentale, détaché de tout confort, il possède un don de déduction hors norme ce qui le rend atypique et performant.

La première page nous embarque au Sud de l’état du Dakota où s’abat une violente tempête de neige qui fait chuter la température à -20°,puis -30°.  Un bus dans lequel se trouve Reacher dérape sur le verglas, on déplore quelques dégâts et blessés légers, ce qui entraîne la fermeture de toutes les voies de communication. Tous les passagers sont transférés chez l'habitant pour la nuit à Bolton, bourgade à quelques kilomètres.

A la périphérie de cette petite ville se trouve une importante prison fédérale dans laquelle se trouve un biker qui attend son jugement pour un trafic de drogue aux ramifications internationales. A son procès imminent doit témoigner une vielle dame, ancienne bibliothécaire qui se trouve en danger  car elle a vu les dealeurs. Elle doit  donc être protégée car la bande des bikers menacent de l'enlever et plus encore... Devant le manque de compétence de la police locale pour coordonner cette opération, Jack Reacher propose son aide temporaire et l'obtient sans  trop de réticence après avoir indiqué ses antécédents. A l’instar du lecteur, il se trouve embarqué dans un jeu de pistes sans pitié dans lequel vont tour à tour apparaître un caïd narco trafiquant mexicain et un homologue russe, ainsi que des policiers corrompus qui  font resurgir des vestiges oubliés de la « guerre froide ». Que peut bien cacher un bâtiment isolé dont personne ne s'est jamais soucié pendant un demi-siècle ?

Comme dans chaque enquête de son héros fétiche, Lee Child dévoile la vérité sur ses personnages tout en révélant pour certains leur humanité, leur appréhension face au danger, pour d’autres leur ambigüité, voire leur cruauté. Il nous plonge en immersion totale dans le mode de vie singulier des habitants de ces confins américains où le superflu n’a pas sa place et qui doivent donc faire preuve d'abnégation quant à leur destin.

La mort rôde dans cette contrée désertique et glaciale, dans laquelle Reacher, toujours sur le qui-vive, devra faire preuve de toute sa patience capacité d’analyse avant de passer à l'action, car le temps est désormais compté... Avec un remarquable sens du suspense qui monte inexorablement en puissance et un final explosif, ce nouveau volet dévoile un Jack Reacher toujours percutant, sans concession, comme on l’aime!

Vincent Moreau

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !