Chargement...
Chargement...

A coeur léger...

2438_a-coeur-leger
Une actualité de Véronique D.
Publié le 19/03/2016

lucy gayheartLucy Gayheart : un nom qui illustre à merveille la personnalité de celle qui le porte, à la fois lumière et gaieté, véritable étincelle de vie, « forme fluette en mouvement constant ; en train de danser, ou de patiner, ou de marcher d’un pas vif et décidé, comme un oiseau qui rentre chez lui. » Dès la première page du roman pourtant, c’est l’ombre de la mélancolie qui domine, celle d’un souvenir qui a fait son nid dans les mémoires des habitants de la petite ville d’Haveford, celui d’une jeune fille au cœur léger…

Lorsqu’elle part à 18 ans étudier la  musique à Chicago, Lucy laisse derrière elle un vide qu’elle revient combler  lors des vacances, retrouvant avec plaisir ses amis d’enfance dans de folles parties de patinage sur la rivière gelée. Mais le plaisir est tout aussi grand de retrouver Chicago et sa liberté. Au cours de la troisième année, elle y fait la rencontre déterminante de sa vie en la personne d’un ténor bien plus âgé qu’elle dont elle devient l’accompagnatrice. Dès lors, les premières fêlures apparaissent dans le cœur léger de Lucy qui , étant follement éprise du chanteur, tourne le dos à Harry, ce garçon d’Haveford que tous considéraient depuis toujours comme son amoureux.

La perte de l’innocence et la confusion des sentiments sont au cœur de ce roman où le cadre naturel et les paysages viennent faire échos aux émotions et aux sentiments des personnages confrontés à leurs passions, leurs erreurs et à leur destinée funeste. Willa Cather fait de ses personnages des êtres de chair et de sang, qu’ils soient déterminés, fragiles ou blessés et fait naître un sentiment d’intense mélancolie auquel aucun lecteur ne peut résister. Délicat, subtil et poétique, Lucy Gayheart fait verser les larmes d’un lourd chagrin, tout en étant la plus délicate des odes à l’amour et au souvenir qui le fait perdurer. Le petit fantôme sautillant de Lucy vous hantera longtemps et fera de vous un(e) inconditionnel(le) de l’œuvre de Willa Cather, experte dans l’art d’exprimer l’éveil des sentiments, le trouble d’une conscience. .

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?