Chargement...
Chargement...

Absolutly delicious

2383_absolutly-delicious
Une actualité de Véronique D.
Publié le 19/03/2016

Nord et SudVous aimez lire les soeurs Brontë au coin du feu, vous dévorez Dickens en même temps que les scones à la double crème, vous vous délectez des romans de Jane Austen entre deux tasses de Earl Grey...bref, vous êtes l'un de ces nombreux adeptes de cette littérature so british qui s'adapte si bien aux rigueurs de l'hiver tant elle symbolise le confort et cette idée du "cosy" si propre à nos voisins d'Outre-Manche ? Sortez votre plaid et installez vous douillettement pour la lecture d'un monument du genre : Nord et Sud, désormais disponible chez Points.

Elizabeth Gaskell, proche de Dickens (qui soit dit en passant lui a fait bien trop d'ombre) nous livre une histoire qui ne serait pas sans rappeler le chef d'oeuvre de Jane Austen Orgueil et préjugés s'il ne venait s'y ajouter une dimension sociale bien rare chez les romancières de l'époque. Margaret Hale, 19 ans, quitte Londres où elle a passé son adolescence chez sa tante pour rejoindre le presbytère familial dans un charmant village aussi tranquille que bucolique. Son père abandonne bientôt sa charge de pasteur en raison de l'évolution de ses convictions religieuses et invite sa femme et sa fille à le suivre dans le nord du pays où il sera désormais précepteur. Margaret découvre une ville sombre, industrielle, vouée à la filature du coton et va voir sa conscience sociale s'épanouir au contact des ouvriers dont elle découvre les conditions d'existence. Ses prises de position ne vont pas tarder à l'opposer à un jeune industriel taciturne, élève de son père...

Oui, il y a de la romance dans l'air, mais l'on a beau se douter de l'issue du roman, quoi de plus délectable que de frémir à l'unisson des personnages pris au piège de leurs contradictions, malmenés par les quiproquo et les malentendus qui semblent sans cesse différer le destin qui leur est pourtant promis ? L'originalité de Gaskell est dans cette peinture sociale engagée, convaincante, généreuse qu'elle donne de la condition des plus pauvres, prenant clairement position contre les injustices. Elle montre une société dans ses bouleversements les plus récents qu'elle illustre en opposant  le Nord industrieux et sombre au Sud, doux et loin de toute agitation.

Margaret Hale est bien de la même famille qu'Elizabeth Bennett, aveuglée par l'orgueil et les préjugés qu'elle proclame contre ceux qu'elle nomme les "marchands"sans que cela l'empêche toutefois d'être dans la droite ligne des idées de Dickens sur le monde ouvrier. Droite, fière, honnête, sincère, généreuse et néanmoins fort séduisante, cette héroïne a décidemment tout pour plaire...

Nord et sud est un roman savoureux, tout en délicatesse et en rebondissements et dont l'un des charmes (et non des moindres) réside  dans le soin apporté aux personnages secondaires qui donnent vie et chair à l'ensemble. Une autre qualité que n'aurait pas reniée le grand Charles Dickens...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?