Chargement...
Chargement...

Amour et lutte des classes

004851680.jpg
Une actualité de Monica
Publié le 09/09/2017
Toutes les histoires d'amour ne se ressemblent pas. Mais il y en a qui refusent de se faire oublier. Vera restera à jamais dans le cœur de Sonny et dans le souvenir des lecteurs.
Tu vas l'aimer, Vera, tu vas l'aimer comme on n'aime qu'une fois dans la vie : la première fois. Et toi, lecteur, tu n'auras pas d'autre choix puisque Sonny c'est toi.

Un récit à la deuxième personne peut déranger, déstabiliser. Mais il peut aussi te donner la chance de ressentir au plus profond de toi ce que le personnage principal vit. Et c'est le cas de ce roman.

Dublin, ses quartiers prolétaires, Sonny, sa fratrie et ses parents qui se détestent cordialement. Un milieu que l'ado de seize ans aimerait transgresser, fuir et oublier pour toujours. Doit-on vraiment subir, porter son héritage de classe ad vitam aeternam ?
C'est en tout cas la voie que Sharon a choisie. L'amie, la pote, punk amoureuse et orgueilleuse que rien n'effraie. Celle qui aimerait voir Sonny se rappeler que tourner le dos aux siens s'appelle une trahison.
 '
Tu crois que tu vaux mieux que moi, hein ? Tu veux être au dessus de tout le monde, hein ? T'es qu'un gros snob. Mais tu ne croyais pas valoir mieux que Sharon, tu étais comme Sharon, tu étais Sharon.

L'irruption de Vera dans la vie de Sonny n'a rien à voir avec la lutte des classes – n'en déplaise à Sharon. Cela tient plus des hasards un peu opaques de la vie. Vera, femme mystérieuse et élégante, amoureuse des livres, vraisemblablement riche, belle, triste. Pourquoi triste ? Te demandes-tu, lecteur, Sonny. Tu ferais tout pour la voir heureuse. Sans crier gare tu es devenu un homme.
Il n'y a pas la moindre trace de pathos dans ce roman. Seulement une tendresse infinie, une mélancolie du temps qui passe, une sorte de spleen tout irlandais. Il y a un peu de L'été '42 de Herman Raucher dedans...
Vera et Sonny resteront dans un coin de votre mémoire.
C'est ce qui arrive aux romans en passe de devenir cultes.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !