Chargement...
Chargement...

Annabel

7093_annabel
Une actualité de Martine
Publié le 10/10/2014

A paraître le 7 février prochain Annabel, le roman de Kathleen Winter, écrivain canadien, l’une des magnifiques découvertes de ce tout début 2013 !

Rarement traité en littérature, le thème de l’hermaphrodisme y est finement analysé. Né avec deux sexes dans un village du Labrador en 1968, Wayne va être élevé comme un garçon. Tel est en effet ce que va décider son père, de connivence avec Beckie, une voisine et amie de la famille. Cette dernière, ayant perdue de manière tragique son mari et sa fille, projettera sur le petit garçon (à qui elle donne secrètement le prénom de sa fille – Annabel – morte noyée) tout son amour maternel.

Grandissant dans une famille aimante, apprenant à chasser et pêcher, l’enfant ne commencera à se poser des questions qu’à l’adolescence, lorsque la puberté fera apparaître des troubles physiques et que sa préférence ira vers les jeux qu’il partage avec son unique amie. C’est à partir des premières interrogations qui vont tourmenter Wayne que Beckie va intervenir. Décidée à lui apprendre la vérité sur sa naissance, elle va agir contre l’avis tranché de son père et celui, plus mitigé, de sa mère dont la principale préoccupation est d’éviter toute souffrance à son enfant. Mais lorsque, devenu un jeune homme, le garçon décidera de partir pour voler de ses propres ailes et vivre comme il l’entend, libre de stopper le lourd traitement hormonal que les médecins lui imposent depuis l’enfance, il se trouvera alors confronté à la cruauté, à la bêtise et à l’intolérance d’un groupe de jeunes. C’est alors que, dans un magnifique dénouement, la venue du père, dans un désir de vengeance, mais aussi de rédemption, va apaiser les blessures et les souffrances pour, si possible, rendre plus léger un avenir à construire.

Ce roman met en lumière la difficulté et l’ambigüité de vivre en étant différent, mais aussi de s’accepter, de vivre en harmonie, dans une société patriarcale alourdie par le poids des traditions et de la religion.

Première traduction en France, d’un roman dont on n’a pas fini de parler … !

http://youtu.be/0PZmsgniHjs

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !