Chargement...
Chargement...

Architecture funéraire

5240_architecture-funeraire
Une actualité de David V.
Publié le 30/08/2013

On a longtemps cru que les Ardennes ne se remettraient pas de la disparition d'André Dhôtel, cet écrivain des villes imaginaires, des fuites éperdues et des forêts accueillantes. Et puis il y eut Bartelt, Franz de son prénom, écrivain éloigné des rampes et de leurs feux dangereux, pour, peu à peu, construire une oeuvre qui donne de nouveau envie d'aller arpenter ce territoire où les touristes ont l'air de figurants. Mais si Dhôtel pratiquait un art doux de l'errance, si la folie de ses personnages se faisait rêveuse, Bartelt divague sur des chemins plus rudes, plus chaotiques, inventant des héros qu'il malmène avec un plaisir contagieux et composant ainsi une effarante comédie humaine où le banal est transfiguré par le délire. Livre après livre, de romans en nouvelles, imperturbable dans son débit de poisons, il augmente sa colonies de péquenots magnifiques, d'alcolos superbes, de matrones lascives, de crétins philosophes, de gueux un rien dégueus, de prétentieux à baffer que sa langue, soignée, en complet décalage avec le demi-sordide des décors qu'il peint, rend irrésistibles de drôlerie. Depuis plusieurs années nous empilons sur nos tables les Bartelt pour convaincre les sceptiques qu'on peut rire dans la littérature contemporaine française, pour séduire les mélancoliques qui trouvent que le ciel est toujours bas, pour mettre de notre côté les sourieurs ravis de découvrir que les Ardennes sont le lieu le plus drôlatique de la géographie littéraire française. Quelques milliers de Jardin du bossu vendus ici, roman noir hilarant, nous confirment qu'il vient peut-être combler un vide.

Gallimard qui le tient et le tient bien, même s'il n'a pas le statut d'auteur culte, d'auteur chic, d'auteur trébuchant (mais son heure viendra, cela ne fait aucun doute) , nous offre en ce printemps une nouvelle occasion de nous épater devant l'inventivité de ce sexagénaire intarissable. .    DV

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !