Chargement...
Chargement...

Au nom du pire - Pierre Charras

9782842639228,0-4422852.jpg
Une actualité de Emilie
Publié le 04/11/2017
Les éditions Le Dilettante publient un roman posthume de Pierre Charras, l'occasion de (re)découvrir un immense écrivain !
Une ville de Province entre les deux tours d'une élection, un maire en ballotage qui décide de ne plus se présenter, une chef de cabinet surinvestie, des non-dits et des tensions palpables...
Et voilà que Christian Goneau, célibataire un brin désabusé, est missionné par le Parti pour venir en aide au maire. Furettant un peu partout au milieu de l'engoncement provincial, il parvient rapidement à renvoyer chacun à ses propres contradictions. Le coup de théâtre est proche, mais il n'est pas forcément là où le lecteur s'y attend.

Si Pierre Charras excelle à décrire la vie politique de province, le récit dépasse largement la satire. Dans Au nom du pire, Pierre Charras sonde au plus profond les failles de ses personnages et interroge parallèlement notre Histoire collective...

Comme le dit si bien Philippe Claudel dans la très belle préface qu'il a consacrée au roman, Pierre Charras est un fin observateur de la nature humaine dont la mélancolie n'est pas sans rappeler celle d'Henri Calet - que l'auteur connaissait et admirait par ailleurs. Nous pourrions ajouter que la description que Charras fait de la vie de Province est proche de celle du grand Maurice Pons, dans Mademoiselle B notamment.

Roman noir, récit aussi émouvant que surprenant, Au nom du pire est un court texte d'une densité rare dont l'émotion qui affleure est demeurée intacte. Lisez et faites passer !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (128)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !