Chargement...
Chargement...

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois

Espace Lointain - Jaroslav Melnik - éditions Mirobole
Une actualité de Marilyn
Publié le 08/09/2017
Imaginez un monde où tout le monde naît aveugle depuis si longtemps que le mot "voir" a disparu du dictionnaire. L'humain a développé des capacités extraordinaires pour se déplacer, autant physiques que mécaniques. Si la société n'a plus rien de commun avec ce que nous connaissons, au moins continue-t-elle de fonctionner. Jusqu'à ce que quelqu'un se réveille et voit...
Gabr ne comprend pas ce qui lui arrive. Quand d'étranges hallucinations le prennent, il consulte aussitôt un médecin qui le rassure ; dans quelques jours, tout sera rentré dans l'ordre. Il suffit juste de commander les bonnes pièces. Nous comprenons vite, nous lecteurs, qu'on veut l'empêcher de voir.

Or, quand nous n'avons jamais vu de notre vie, que nous ne connaissons personne à qui cela soit arrivé et que la notion même nous échappe, pourquoi protester ? Pour Gabr se sera grâce à deux événements essentiellement : l'approche d'un étrange individu qui l'alerte d'une manipulation gouvernementale et sa découverte de l'horizon, cet Espace lointain (éditions Agullo) inaccessible et magnifique dont il serait malheureux de se priver.

Mais ce n'est pas une éternelle histoire de lutte du bien contre le mal que Jaroslav Melnik nous offre-là car les gentils ne le sont pas tant que ça au final ; pour retrouver sa liberté, il est parfois nécessaire d'envisager des dommages collatéraux. Dans cette guerre, nous ne parlerons pas de justice ; l'aveugle est aussi coupable d'avoir accepté ce monde.

Bien dirigé, l'innocent est manipulable à souhait. Celui qui croit tout ce qu'on lui dit sans chercher à savoir si une autre vérité existe voit son monde étriqué, réduit, aveugle. Une belle leçon de curiosité, une belle ode à la liberté.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (126)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !