Chargement...
Chargement...

Auguste sur son derrière

1875_auguste-sur-son-derriere
Une actualité de David V.
Publié le 21/09/2013

auguste-derriere-2.JPG

Ils ne nous ont pas montré le leur, ils ont su l'être au milieu des clients du samedi : Auguste Derrière nous a(ont) fait(s) la plaisir d'une visite pour finir le mois en beauté, installé(s) à l'accueil, entouré(s) de tampons et de livres. Car si le canular imaginé par le trio de graphistes bordelais qui compose Poaplume (Nadia Geyre, Philippe Poirier et Vincent Falgueyret) n'a pas fait long feu, le livre qu'ils ont imaginé a recueilli les suffrages du public, enchanté par la malice de leurs calembours et autres délires graphiques rassemblés sous le cartonnage orange d'un joli livre du Castor astral. Mais qui était Auguste Derrière se demandent encore les naïfs et les amateurs de belles histoires ? Au début du XXe siècle nous dit l'éditeur, "cet homme a sans aucun doute été le fleuron de l'absurde et du jeu de mot laid" (on notera l'étrange procédé littéraire à la Joseph Prudhomme et son fameux "ce sabre est le plus beau jour de ma vie"...). "Il révolutionna l’art naissant de la publicité par son approche peu commune du slogan, puis devint la coqueluche de l'élite culturelle de l'époque, avant de tomber dans les sombres profondeurs d’un oubli". La révolution par le jeu de mots, c'est une idée qui aura fait son chemin tout au long du siècle et il est amusant de constater qu'on n'a pas fini d'épuiser ce genre. Avouons-le cependant, lorsqu'il s'est agi de placer derrière les caisses de grandes affiches pour donner envie aux passants de s'emparer sans retard du livre, il nous a fallu pratiquer une certaine forme de censure, le calembour flirtant souvent avec le grivois... c'est aussi une loi du genre. Vous pourrez suivre les aventures du terroriste publicitaire sur le blog que cet éternel jeune homme tient à l'adresse suivante : augustederriere.com, preuve qu'on peut avoir sombré dans l'oubli et manifester un penchant pour la modernité. Merci donc à l'auguste trio d'être allé au devant de ses lecteurs.