Chargement...
Chargement...

Avoir du nez pour Camus

1819_avoir-du-nez-pour-camus
Une actualité de David V.
Publié le 30/08/2013

Sylvie et CamusCamus, Camus, Albert Camus, il va être bien difficile d'y échapper à notre grand homme que menace l'ombre inquiétante de la panthéonisation. La France aime les célébrations, les anniversaires, les chiffres décimaux et elle se souvient toujours de sa vieille passion pour les illustres écrivains. Avant d'être honteusement récupéré par des politiciens qui l'auront à peine lu, dépêchons-nous de relire ce romancier en lui préférant ces admirables textes courts, de replonger dans l'essayiste en pardonnant au dramaturge. Albert Camus a encore beaucoup à nous dire malgré ce demi-siècle d'éloignement et le bouleversement de notre société, agitée désormais par d'aitres soubresauts. On lira avec profit le texte rédigé pour notre site par l'excellent Dominique Rabaté qui a participé au Dictionnaire Camus et à qui quelques centaines de signes suffisent pour faire le point. Pour n'être pas en reste, la librairie Mollat va donc accompagner l'événement en consacrant au Prix Nobel une grande vitrine et une table où seront visibles les principales oeuvres le concernant. Michel Lafon, plus rompu à l'art du best-seller qu'à celui de la littérature proprement dite, a réussi avec l'album consacré à Camus par sa fille Catherine, un bel objet plein de dévotion qui redonne sa place à l'homme avant le mythe, et le succès a été au rendez-vous, preuve s'il en était besoin de l'incroyable attachement porté à un homme par un public qui se reconnaît en lui bien plus volontiers que dans de grandes figures d'intellectuels qui semblent souvent coupés du réel.

Et pour le plaisir, Sylvie, grande lectrice de Camus lorsqu'elle avait quinze ans, en train de monter la vitrine...