Chargement...
Chargement...

Ballard tragique

1765_ballard-tragique
Une actualité de David V.
Publié le 30/08/2013

La vie et rien d’autreMême mort Ballard respire encore. Quelque temps avant sa disparition il avait annoncé avec courage et humilité qu'il entamait ses derniers rounds sur un ring qu'il avait animé avec ferveur de ses éclats littéraires. Nous attendions donc ce sinistre message qui confirmerait que l'un des plus intelligents auteurs du XX° siècle avait cessé de parler de notre monde en imaginant des futurs souvent terribles. Mais se sachant malade, il a eu l'idée, tant qu'il avait toute sa raison et toute sa mémoire, de rédiger son autobiographie, une longue lettre à ses enfants tant aimés. Ce livre paraît chez Denoël sous le titre La vie et rien d'autre, un ouvrage modeste mais extrêmement attachant.  Ce qu'il  a de passionnant, malgré cette impression d'avoir été écrit au fil de l'eau et sans grand souci de ne pas se répéter (on sent comme une urgence de ne rien oublier), c'est l'éclairage qu'il porte sur son parcours, creusant dans sa mémoire d'enfant pour y trouver ses ressorts intimes, interrogeant les images fortes qui l'ont ensuite poursuivi, évitant à tout prix la complaisance et le remords, la bonne conscience et l'auto-satisfaction. Ses années chinoises qui servirent de matière à son roman Empire du soleil adapté par Spielberg sont détaillées, inquiétante période où le futur écrivain découvrit la violence comme norme, la misère des hommes et leur cruauté, mais aussi les élans esthétiques et les premières intuitions qui deviendront plus tard la matière de ses romans. On a trop vite oublié le côté novateur de J.G.Ballard et comment il révolutionna avec insistance et beaucoup de foi ce monde finalement très convenable de la Science Fiction. Et on peut n'être pas un spécialiste et s'intéresser au parcours de ce jeune homme qui abandonna ses études de médecine pour se lancer dans un domaine où il mettra bien du temps à gagner de quoi faire vivre sa famille. L'histoire a prouvé qu'il eut raison d'insister et que ses visions ont souvent été rattrapées par le réel. Ascension d'un écrivain, aléas de la vie d'un homme devenu veuf très tôt et responsable de trois enfants dont on sent qu'ils sont son plus grand motif de fierté, La vie et rien d'autre nous plonge dans l'Angleterre de l'après-guerre et nous assène quelques vérités bien senties sur cet empire en faillite et sur ses rêves écroulés de grandeur. Ce n'est pas le moindre de ses mérites. Alors qu'on soit un fanatique de l'auteur (dont est sorti d'ailleurs le deuxième volume des nouvelles chez Tristram) ou un simple amateur d'autobiographies, on trouvera du grain à moudre et beaucoup d'intelligentes réflexions dans ce livre qui n'est pas un chef-d'oeuvre certes mais qui n'a aucune prétention à l'être non plus.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !