Chargement...
Chargement...

Benchley, encore!

185_benchley-encore
Une actualité de David V.
Publié le 09/05/2013

Robert Benchley  Remarquable, n’est-ce pas ?Non, ce n'est pas une manie ! Non, nous ne sommes pas obsessionnels de ces auteurs hilarants qui mériteraient de séjourner à l'année sur les tables de nuit des plus désespérés de nos contemporains ! Non, la fine équipe qui préside aux destinées de Monsieur Toussaint Louverture, secte littéraire imprimophile dirigée par le mystérieux Dominique Bordes (le seul éditeur qui revendique haut et fort dans les pages de ses livres le droit d'inscrire son nom sans en avoir fait sa raison sociale) ne nous a pas soudoyés afin que les premiers nous annoncions à grands cris la naissance de leur dernier chérubin ! Non, le fait qu'il y ait une ahurissante surprise circulaire et brillante cachée derrière le rabat de la quatrième de couverture ne nous paraît pas l'argument commercial suprême qui convaincrait le plus avaricieux des amateurs de beau livre d'abandonner à son libraire 16, 50 euro (je ne m'en étais moi-même pas rendu compte et j'ai cru défaillir en découvrant cette impensable concession à la modernité dissimulée sous l'orange de ce beau livre imprimé à chaud sur du papier Trucard o felt de 300 grammes, me félicitant néanmoins de n'avoir pas voulu emprunter quelque avion dont on m'eut interdit l'accès après l'intense sonnerie que je n'aurais pas manqué de provoquer en franchissant le portique de détection, au risque de déclencher une fureur parfaitement inutile, etc...) ! Non, non et non, ni manie, ni obsession, ni concession, ni concussion, juste un intense plaisir à répéter sur ce blog (cf billet du 3 mai) qu'il faut enfin lire Robert Benchley qui réussit le tour de force d'être le plus drôle des écrivains américains d'avant-guerre sans cesser d'être drôle après-guerre, qui a le don de se moquer de lui aussi bien que de son voisin, du président des Etats-Unis ou de son percepteur, d'autant que le lire dans une édition d'une telle qualité transforme ce plaisir en délicieux vice bibliophilique. Si l'on en juge par la pondération dont fait preuve cet éditeur terrorisé à l'idée de faire un tirage trop important (syndrome connu sous le nom de "terreur du carton dans le couloir d'entrée de la maison"), ce Remarquable, n'est-ce pas ? a toutes les chances d'être épuisé à grande vitesse. Alors précipitez-vous, nos réserves n'y suffiront sans doute pas.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !