Chargement...
Chargement...

« Big Brother is watching you »

7164_big-brother-is-watching-you
Une actualité de Marilyn
Publié le 05/04/2013

Avez-vous déjà dormi dans des draps en polyester dans un hôtel haut de gamme vide de toute clientèle ? Avec pour tout repas une cuillerée de choux vinaigré, la moitié d'un œuf dur et un sachet de thé pour dix tasses ? Dans un pays où seulement deux coiffures sont autorisées, où les hommes portent quasiment tous le même nom de Kim ? Spartiate, décalé, cela pourrait être drôle. Mais cet endroit existe réellement puisqu'il s'agit de la Corée du Nord. Jean-Luc Coatalem a réussi à pénétrer dans le pays le plus mystérieux de la planète et rapporte dans cet ouvrage l'aventure peu commune qu'il a vécu. Coatalem et son ami Clorindre se sont fait passé pour des représentants d'agence de tourisme. Escorté par deux accompagnateurs, Kim 1 et Kim 2, ils ont eu un accès limité, surveillé et encadré aux musées vides, parcs d'attractions vides le longs des routes vides. Pas facile de prendre des notes ou poser quelques questions dans un pays au leader paranoïaque, où la peur est la seule émotion palpable. Mais cela n'a pas empêcher Clorindre d'amener dans ses bagages des Pléiades, pour lesquelles il risque la dénonciation, un interrogatoire serré pour finir en camps de concentration. Rien de plus banal en Corée du Nord. Alors ils boivent beaucoup de bières, ils lisent Larbaud ou Melville pour ne pas se laisser envahir par la mélancolie et la tristesse du désert de cette prison à ciel ouvert. Partout où ils se rendent : des cérémonies hommages au leader multiples, des statues aux dimensions démesurées, des fresques, des peintures, partout « Big Brother is watching you ». Leur emploi du temps est programmé au millimètres près pour savoir où ils se trouvent à tout moment. Aucune tentative d'évasion possible, pas de spontanéité et encore moins d'audace. Impossible d'échapper au Juché, l'idéologie nord-coréenne et à sa figure emblématique: Kim Il-Sung. « Il » est dans chaque tête nord-coréenne, « Il » est un Dieu, mais surtout « Il » est paranoïaque, égocentrique et manipulateur et accessoirement « Il » a tout les pouvoirs. Et les nord-coréens dans tout ça ? Indéniablement, penser est leur plus grande peur et leur plus grand interdit.

Nouilles Froides à Pyongyang est plutôt comique ce qui est effrayant. Coatalem fait tout sauf dramatiser la situation (il ne manquerait plus que ça ! ) Impossible de ne pas penser à 1984 de Georges Orwell. A coup sûr, cet homme était un visionnaire ou alors les « Il » s'est servi de ce livre pour établir toute sa stratégie. Quoi qu'il en soit, ce livre vous fera aimer votre situation, quelle qu'elle puisse être, loin, bien loin des nouilles froides de Pyongyang.

Marjorie

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !