Chargement...
Chargement...

Blanche neige...

4296_blanche-neige
Une actualité de Gwénaël Rocher
Publié le 25/03/2016

De même que Sukkwan Island, cet « explosif » de David Vann sorti en poche voilà deux mois, La Vigilante est un livre terrible et grandiose, où le froid est absolu, où la démence se fait le danger de chaque page, et où le bonheur, s’il existe, reste un songe. De même il nous faut en parler ; de même il vous faudra le lire.

Le récit s’ouvre sous la menace d’une première neige pour Dyers Corner et les alentours. Un hiver accablant se prépare. Jamie Hall, jeune vagabonde, frêle orpheline de dix-sept ans, découvre un enfant ligoté à un arbre. Alors, elle défait les nœuds, libère le garçon.

Jamie habite ici, provisoirement elle le sait, avec Damon. Sa mère est morte il y a peu et dans son dénuement total, son égarement complet, elle est venue, en premier lieu avant de poursuivre sa route, sur la terre de naissance de celle qu’elle vient de perdre. Jamie y a fait la connaissance heureuse de Margaret, celle de Galen. Mais les flocons qu’on annonçait, tels un doux prélude du pire à venir, enfin surgissent.

Damon, parce que sa poule ne le séduit plus tant, que le whisky se fait rare, abandonne la partie. La jeune fille restée seule avec son chien va affronter la faim, va éprouver ce froid qui s’insinue partout et n’aura que peu de gens comme appui. Enfin, le secours qu’elle a ingénument apporté au garçon ligoté sera l’élément déclencheur d’une sinistre traque, et l’objet vraisemblable de la vengeance de ceux qui en avaient décidé autrement.

D’une écriture magnifique, qu’on ramène à l’éclat de la neige qu’elle évoque, Melanie Wallace nous entraîne, nous attache. Ses personnages sont bruts, ils ne connaissent que la survie, mais de sa plume cette fatalité est rendue fascinante et (on hésite à le dire) belle. Ce livre a bien quelque chose de la poudreuse tassée dans la main, rassemblée en une boule bien dure, et au cœur de laquelle est fiché un caillou qui marquera douloureusement la joue de son destinataire.

Qui de vous la tendra le premier ?

Camille

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !