Chargement...
Chargement...

Bonjour Sagan

11585_bonjour-sagan
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 04/06/2014

anne berestC'est pour surmonter sa rupture avec le père de ses enfants que la narratrice du dernier roman d'Anne Berest accepte de se lancer dans l'écriture d'un livre sur Françoise Sagan. Entre autofiction et biographie - car la vie de l'héroïne de Sagan 1954 n'est pas sans rappeler celle d'Anne Berest-, l'auteur réussit à construire un formidable roman.

Nous sommes en 1954, et Françoise Quoirez est sur le point de déposer le manuscrit qu'elle vient d'écrire à différents éditeurs parisiens. Ce texte, c'est Bonjour tristesse, et vous le savez sans doute, la réception de ce roman sera telle que Françoise deviendra très vite bien plus qu'une célèbre écrivain, mais une véritable icône.

Autour des différents épisodes relatés, l'auteur ne cesse de faire des ponts avec la vie de la narratrice, le travail d'archive qu'elle mène, sa vie privée aussi. Et très tôt, on s'aperçoit qu'un lien secret semble se tisser entre les deux femmes...

Entamer un travail biographique pour s'oublier un peu soi même, tenter de comprendre ce qu'a pu être la vie d'une personnalité pour en apprendre plus sur l'humain, parvenir à  dépasser ses peurs et ses angoisses. Si une telle démarche  peut surprendre de prime abord, il faut accepter de se laisser porter par le texte, et se rappeler justement que c'est à partir d'expériences similaires que sont nés de très beaux livres.  L'Un pour l'autre de Nathalie Rheims par exemple, où la narratrice choisit de s'intéresser à la vie du comédien Charles Denner pour tenter de faire le deuil de son frère disparu bien trop tôt.  Le Livre des illusions de Paul Auster  pour en citer un second, où le héros parvient à se défaire de la douleur qui ne le quittait plus depuis la mort de sa femme et de ses enfants en se passionnant pour les films d'un acteur de muet. Sagan 1954 est de ceux là. Une plume subtile, délicate, terriblement féminine, qui brille autant par son travail de reconstitution, par son pouvoir romanesque aussi, que par sa dimension humaine....

Bibliographie