Chargement...
Chargement...

Boy A, jeux d'enfants

1097_boy-a-jeux-d-enfants
Une actualité de Karine G.
Publié le 16/03/2016

boya.jpg

 

 

 

 

   Un livre, un film

 

 

Avant de devenir un film - actuellement au cinéma, courez le voir ! - Boy A est un roman de  Jonathan Trigell intitulé Jeux d'enfants qui ressort dans la collection de poche Folio policier. Paru en 2004, il avait reçu le prix Waverton Good Read Award récompensant en Grande-Bretagne le meilleur premier roman de l'année. Ce n'est pas à proprement parler un roman policier mais plutôt un roman noir et social avec, en toile de fond, la prison et les inévitables difficultés de réinsertion. On suit ainsi le parcours de Jack, âgé de 24 ans, qui vient juste  d'être libéré. Jack n'est d'ailleurs pas son vrai prénom - ayant purgé sa peine, il a eu droit de choisir sa nouvelle identité - exit l'anonyme Boy A,  "le jeune A, ainsi baptisé par le tribunal  pour pouvoir le distinguer d'un autre gosse B", "... son vrai prénom, aujourd'hui, gît telle une mue de serpent à l'intérieur d'un dossier au fond d'un placard dans un bureau dallé de vinyle..."  Condamné pour un crime qu'il a commis quand il était enfant, il a passé toute son adolescence enfermé. Il est d'autant plus touchant et maladroit quand il sort, découvre l'extérieur, les rues, les gens, la ville, la vie, le mouvement - on voit avec ses yeux, sa perception : "Il se rend compte que "le vaste monde" n'est pas seulement une expression. Les rues sont larges, les maisons hautes, les horizons extraordinairement dégagés ; même les petites épiceries de quartier sont spacieuses. Il y a partout de profondes cavernes  pleines de disques et de vidéos, de clopes et de bière. De près, les arbres  semblent plus verts, les murs plus rouges,  les fenêtres plus transparentes". A l'écran, Andrew Garfield, le jeune acteur qui incarne Jack est magnifique, tout en sensibilité et en retenue. C'est qu'il a tout à apprendre : du comportement le plus anodin aux émotions et aux sentiments, des premiers émois amoureux en passant par l'amitié, le travail etc, jusqu'au jour où... On n'en dira pas plus, juste qu'un grain de sable peut muer l'espoir en déception, et le passé vous rattraper inéluctablement. Ce qui, juste-là, semblait un roman ou un film de rédemption tourne alors à l'implacable - la fatalité explose cruellement, à vous arracher des  larmes à la dernière page du livre ou à la dernière image du film.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !