Chargement...
Chargement...

Boys, Boys, Boys de Joy Sorman aux éditions Folio

13598_boys-boys-boys-de-joy-sorman-aux-editions-folio
Une actualité de Anaïs
Publié le 11/02/2015
joy-sorman-boysOui, oui, le titre du premier roman de Joy Sorman vous fait rire, vous commencez à lire ce blog en chantonnant le summer hit de Sabrina, ça vous rappelle vos premières vacances avec la permission de 23h au camping de la Dune en 1987, vous aviez embrassé Fabrice et/ou Caroline après avoir inauguré votre petite danse personnelle répétée tout l'après-midi avec votre frangine. Bon. Mais là on est hors sujet. Enfin presque. Célébrons les 10 ans de Boys, Boys, Boys Prix de Flore 2005, qui n'a pas pris une ride - un très bon livre a généralement l'élégance de rester vivant, brillant et percutant pendant des siècles. Un livre sur le couple. Sur une femme qui se demande comment être une femme. Qui refuse les modèles proposés dans les rues, à la maison, chez les copines. Qui veut tenter le couple comme un espace expérimental, elle-même un cosmonaute déterminé à trouver une planète où ce qu'elle aura à dire sera écouté, où elle sera traitée en égale, où aucun homme ne lui tiendra la porte, où les copines ne sont pas les poubelles de notre vie sentimentale. Qui veut faire siens les attributs sociaux masculins, ceux qui sont valorisants et dignes de ses valeurs. Capture d’écran 2015-02-09 à 22.05.42 "Il ne reste plus qu'à faire en sorte que les filles soient des garçons, que les garçons soient un peu plus des lesbiennes ; brouiller les pistes, les camps, les croiser en attendant mieux, en attendant l'annonce de la mort des sexes -tambours et trompettes- et l'avènement de la virilité pour tous." Lire Boys, Boys, Boys c'est passer deux heures accoudé-e au bar (125 pages) à enchaîner les shooters en refaisant le monde avec une femme que les doutes n'affaiblit pas, au contraire, c'est sa came, on casse tout et on reconstruit, on repense ce que doit être la vie à deux, on propose une méthode, un vocabulaire spécifique, on crée des catégories, des sous catégories, on schématise, on fait de l'observation de terrain : on étudie. "Ce qui importe : cadrer le fait de s'aimer, l'insérer dans une économie plus globale, plus vaste, qui est l'économie de l'individu dans sa vie. Renvoyer la balle, renvoyer l'amour. Sortir du mythe, ne pas chercher, ne pas penser qu'à ça, mais trouver un partenaire de vie, d'énergie, pour la canaliser, la faire circuler : l'énergie domestique que crée le couple, une grosse usine à recylcer ses propres déchets à l'infini, mais aussi une machine à lâcher. Le protocole du couple est à mettre en place, pour un romantisme pragmatique". La narratrice incarne le malaise des femmes dans une société qui s'illusionne d'avoir digéré les combats féministes du XXe siècle et qui peinent à trouver une voie qui soit à la fois cohérente avec leur identité et leur désir d'amour. Joy Sorman a été étudiante puis professeur de philiosophie avant de devenir l'auteur de 6 romans chez Gallimard, ainsi que d'essais (14 Femmes, pour un féminisme pragmatique, Gallimard, Parce que ça nous plaît : L’invention de la jeunesse, avec François Bégaudeau, Larousse, L'Inhabitable, avec Éric Lapierre, Éditions Alternatives) et d'un livre jeunesse (Pas de pitié pour les baskets - illustré par Olivier Tallec, 2010, Éditions Hélium). Elle a également collaboré à diverses émissions de radio sur France Inter (dont La jeunesse, tu l'aimes ou tu la quittes qu'elle animait en 2010) et tenu des chroniques pour La Matinale de Canal + et Ça balance sur Paris Première. Pour les questions qu'il pose et l'exploration du genre, du couple, du féminin et du masculin, Boys, Boys, Boys est à découvrir absolument, et à offrir, à sa mère, son père, sa soeur, le copain de la soeur, votre frère, votre patron... Découvrez Joy Sorman en vidéo qui nous a présenté Comme une bête (Gallimard, 2012), ainsi que La peau de l'ours, sorti à la rentrée littéraire 2014 http://youtu.be/jneJNYhRO-E http://youtu.be/xJhBynna6uw  

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !