Chargement...
Chargement...

Bruits du temps

69_bruits-du-temps
Une actualité de C.C.
Publié le 15/03/2016

Poèmes de Czernovitz  Laurence TeperEn ce mois d'avril nait une nouvelle collection (de poésie, de plus !), Bruits du temps chez l'éditrice Laurence Teper. Laurence Teper qui, depuis 2003, calmement (trente titres à son catalogue), crée peu à peu un univers culturel original. Bruits du temps se donne comme ambition de nous faire découvrir et lire des oeuvres poétiques étrangères dans leur ancrage géographique, historique et politique, dans la résistance qu'elles opposent au lieu et à la période. Laurence Teper, ancienne éditrice de livres scolaires chez Nathan, ancienne enseignante, se fait pédagogue en poésie... Elle accompagne la traduction de ces textes poétiques avec des cartes, des photos et des petits essais biographiques. Des chemins de traverse qui nous laissent le temps d'apprivoiser des auteurs et leurs mots. Le premier opus Poèmes de Czernowitz. Douze poètes juifs de langue allemande (traduits et présentés par François Mathieu) inaugure la collection. Douze poètes nés entre 1898 et 1924 qui sans former une "école", ont constitué un ensemble original dans l'histoire littéraire européenne : Rose Ausländer, Klara Blum, Paul Celan, David Goldfeld, Alfred Gong, Alfred Kittner, Alfred Margul-Sperber, Selma Meerbaum-Eisinger, Moses Rosenkranz, Ilana Shmeli, Immanuel Weissglas, Manfred Winckler. Tous ont vécu dans "la Petite Vienne", Czernowitz en Bucovine, dans la première moitié du siècle. Czernowitz qui jusqu'en 1914 étonne les voyageurs occidentaux par sa liberté, sa tolérance et sa modernité. Après la chute de l'empire Austro-hongrois et son annexion par la Roumanie, sa situation se dégrade et l'antisémitisme croît. La multiplicité des langues parlées au sein de la ville va se réduire au roumain, qui devient obligatoire. De juin 40 à juillet 41, Czernowitz est sous domination soviétique, avant d'être à nouveau roumaine puis sous la férule de l'Allemagne nazie. Un concentré de la déflagration de l'Europe centrale... Cette anthologie montre comment ces poètes ont dû trouver dans le monde et surtout à travers leurs poèmes une fissure où ce(s) désastre(s) (perte d'un lieu, d'une identité, déportations et mort des êtres aimés...) puissent s'intégrer.

1_czernovitz_platz.jpgLes prochains titres prévus sont : Toge Sankichi, Poèmes de la bombe (traduit du japonais par Claude Mouchard), Victor Krivouline, Poèmes de Leningrad (traduit du russe par Hélène Henry), et Poèmes de Harlem (anthologie traduite de l'américain par Valérie Rouzeau).

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !