Chargement...
Chargement...

Buenos Aires, 31 décembre

7127_buenos-aires-31-decembre
Une actualité de Emilie
Publié le 05/04/2013

Voici que les éditions Christian Bourgois nous font l'immense plaisir d'éditer en ce mois de janvier un roman inédit en France de César Aira, l'un des plus grands écrivains sud-américain contemporains. Le texte s'intitule Les Fantômes, et s'il paraît aujourd'hui, l'ouvrage ne peut néanmoins pas être considéré comme une nouveauté puisqu'il a été écrit en 1987. Certes, il aura fallu  26 ans pour que le roman se fasse connaître du public français, mais sachez que l'attente valait vraiment la peine, et que l'histoire comme le style n'ont pris aucune ride.

L'action se passe à Buenos Aires, le dernier jour de l'année, dans un immeuble en construction prévu pour accueillir une résidence de standing. Il règne une agitation particulièrement intense  dans le bâtiment : c'est le jour où les futurs propriétaires sont venus visiter les lieux et constater l'avancement des travaux. C'est le jour aussi où la famille Vinas, installée depuis quelques mois sur un étage de l'immeuble dans le but de surveiller le chantier, se prépare à recevoir des proches pour fêter le réveillon.

 César Aira nous immerge  dans un Buenos Aires plus vrai que nature et  nous fait suivre au plus près le quotidien de différents personnages: Elisa, la mère de famille, qui veille à l'intendance de la maison en ce jour de fête, Abel Reyes, le neveu, missionné pour faire les commissions des hommes du chantier, la jeune Patri aussi, l'aînée des enfants Vinas, chargée de seconder sa mère, et qui semble un peu en décalage par rapport à son entourage. Au beau milieu de toute cette agitation, il y a...  des fantômes, que seule la famille Vinas peut percevoir! Et s'ils ne sont ni menaçants ou effrayants, Cesar Aira leur confère pourtant un certain pouvoir et leur fera jouer un rôle non négligeable dans le déroulement de l'histoire.

Le talent littéraire de l'auteur tient en partie ici en ce décalage entre d'un côté une description hyper-réaliste du monde et de l'autre une intrusion de l'étrange, du fantastique. Et c'est bien cette cohabitation qui confère au récit toute sa subtilité. Avec Les Fantômes, César Aira nous invite à observer le monde qui nous entoure avec plus d'acuité et nous prouve encore une fois qu'il est un auteur de génie.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !