Chargement...
Chargement...

Chesterton, again and again

535_chesterton-again-and-again
Une actualité de David V.
Publié le 09/05/2013

chesterton2.jpg"Aucun écrivain, peut-être, ne m'a procuré autant d'heures heureuses que Chesterton" : cette phrase, que nous ferions volontiers nôtre si elle n'était d'un grand écrivain, traduit simplement l'intense plaisir qu'il y a à devenir le lecteur de cet auteur inclassable et l'évidente fidélité qu'on lui voue dès lors qu'on le découvre. Nous avions déjà parlé ici (à vrai dire dès que l'occasion se présente, nous en profitons) de l'actualité de Chesterton qui, depuis qu'il est dans le domaine public, n'a plus à souffrir (ou moins...) de l'indifférence de ses éditeurs, assis sur un trésor qu'il n'exploitait guère : un Omnibus sur le Père Brown, un recueil aux éditions Ombres, un autre à L'Age d'homme et à L'Arbre vengeur. Enfin, de quoi se mettre sous la dent. Eh bien , la moisson continue ! Panama ayant entrepris de rééditer la mythique collection animée par Borges chez Franco Maria Ricci, La Bibliothèque de Babel, le volume qu'avait consacré le génial argentin à l'un de ses auteurs favoris était sur la fameuse liste et il revoit le jour : L'Oeil d'Apollon est un recueil de six nouvelles où l'on retrouve l'inénarrable Père Brown aux prises avec des mystères que sa logique poétique et catholique va résoudre en un rien de temps. Certes ceux qui auraient fait l'acquisition de l'Omnibus printanier n'y gagneront rien puisque tout Brown est désormais accessible. On pensera donc aux collectionneurs, aux nostalgiques de ce temps où un grand auteur se faisait plaisir en établissant la liste de ses incontournables. On regrettera néanmoins qu'une aussi belle idée soit gâchée irrémédiablement par une accumulation de coquilles qui nous fait penser qu'une excellente maison comme Panama a oublié de s'adjoindre les services d'un relecteur. Peu importe le flacon ? Pas si sûr...

gkc.jpg