Chargement...
Chargement...

Christophe Pradeau, extérieur/intérieur

no_media
Une actualité de David V.
Publié le 21/09/2013

Le Prix Lavinal 2010 est bien installé sur nos tables, attirant l'oeil des curieux par ses couleurs jaune et noir, et comme chaque année il s'inscrit parmi les livres qui marcheront bien durant l'été, confortant notre idée qu'un jury de lecteurs est prescripteur et qu'il fait des choix pour d'autres lecteurs, à rebours de bien des prix littéraires, autrement plus prestigieux mais bien souvent entachés de soupçons. Le lauréat de cette année, La grande sauvagerie de Christophe Pradeau est un livre ambitieux que sa brièveté autorise et encourage à lire lentement pour en épuiser toutes les nuances et les richesses qui sont nombreuses. L'auteur nous avait fait la gentillesse de venir au coeur du Médoc pour recevoir son prix des mains de seigneurs de la vigne encapés et chapeautés, accompagné par son éditrice, elle-même accueillie au sein de la commanderie du Bontemps.

Ces agapes passées, nous avons demandé à Christophe Pradeau, revenu dans notre ville et notre librairie, de nous parler de son roman, seul devant l'oeil de la caméra. Le voilà dans cet exercice singulier et sans filet, l'occasion d'entendre une autre de ses voix. Rencontrer un jeune auteur d'une telle générosité et d'un tel talent a été pour toute l'équipe des libraires une très belle expérience, qui justifierait à elle seule que nous continuions, année après année, à proposer ce prix Lavinal. Nous vous donnons rendez-vous l'an prochain pour une cinquième édition...

 

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?