Chargement...
Chargement...

Christopher Priest, l’insaisissable

14107_christopher-priest-l-insaisissable
Une actualité de Anne Chauvel
Publié le 29/03/2016
adjacentDans son nouveau roman, L'adajacent, publié chez Denoël, Christopher Priest, comme d'habitude, nous amène au milieu de nulle part.Toujours en creusant des thèmes habituels pour lui - la magie et l'aviation - l'auteur raconte plusieurs époques à travers plusieurs personnages. Dans le futur, un photographe perd sa femme dans une attaque étrange qui laisse seulement un espace triangulaire noirci au sol. Lors  de la première Guerre Mondiale, nous voici projetés en compagnie de H. G. Wells et d'un magicien qui cherchent tous deux à faire profiter de leur ingéniosité aux soldats des tranchées et de l'aviation. Puis des personnages de la Seconde Guerre s'invitent, une île étrange apparaît, le tout entrecoupé des allers et retours des autres histoires. Le point commun semble être l'adjacence, une notion puis une arme découverte/inventée dans le futur. Vraiment, un livre qui ne se résume pas très bien ! Pour ceux qui connaissent et apprécient déjà l'auteur du Prestige, ou de La séparation entre autres, précipitez-vous, L'adjacent est dans leur lignée et peut-être même le plus abouti. Mais pour ceux qui sont perdus par la narration éclatée, par les fins qui n'en sont pas, la lecture risque d'être compliquée ! Pourtant, quelle sensation extraordinaire, quand on referme le livre, de sentir que l'univers visible dont nous avons l'habitude s'est épaissi et rempli de mystères. Peu d'ouvrages - et pourtant la science-fiction n'est-elle pas censée être le catalyseur de ce genre de réflexions ? - nous force à nous questionner sur la réalité, sur nos perceptions...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?