Chargement...
Chargement...

CINQ ANS...Lire, échanger et parler de la Syrie

15903_cinq-ans-lire-echanger-et-parler-de-la-syrie
Une actualité de Emma F.
Publié le 14/04/2016
  table syrieIl y a cinq ans résonnaient les premiers échos de la révolution syrienne. Tout a commencé dans la rue par un cri de rage, puis deux, puis des milliers de cris qui se sont transformés en slogans contre le régime et ont sérieusement troublé le climat politique et social du pays. Cinq ans plus tard, les images de la révolution syrienne ont fait le tour du monde, les représailles des mukhabarat (services de renseignement) sont dénoncées par leurs victimes, l'arme chimique a été utilisée sur des civils et tous les jours le bilan s'alourdit. Un mouvement de cette ampleur, malgré le relais des médias et réseaux sociaux, stagne aux portes des relations diplomatiques entre orient et occident. Chacun d'entre nous est touché par ce conflit, par la brutalité de cette répression et le sang qui est répandu, par ses conséquences, à savoir la radicalité de certains groupes qui emportent l'islam avec eux dans leurs extrêmes, et les vagues de migrants qui abondent à nos frontières.
Que reste t-il de tout ça ? Des blessures, profondes. Et des livres, heureusement. Pour ne jamais oublier.
Les langues se délient, des écrits passent les frontières et viennent petit à petit jusqu'à nous. Des récits incroyables de persévérance, un choc de lecture et une remise en question - à chaque fois - de ce que contient notre humaine condition. Dernièrement, deux excellents récits sont parus, qui se lisent "comme des romans": A l'est de Damas, au bout du monde aux éditions Don Quichotte écrit par un révolutionnaire syrien, Majd-al-dik. Ayant subi la torture, il persévère en créant un centre pour continuer de donner une éducation aux enfants. portes du néantSamar Yazbek a elle aussi franchi Les portes du néant (éditions Stock) pour raconter son retour en Syrie après l'exil en France. Elle aussi a succombé au besoin irrépressible de panser les plaies en créant également des structures d'aide aux civils. Plus ancien, un roman, La coquille de Khalifé chez Actes sud, dans un style brut et épuré pour décrire d'un souffle fou la torture vécue par le narrateur.

Entre fiction et réel, ils deviennent des preuves indélébiles de ces événements majeurs de ce début de XXIème siècle.

Il y aura un jour une fin à ce conflit, pour autant il nous faut maintenant éprouver par l'écrit ce qui se passe en Syrie, affronter la réalité en lisant, en échangeant autour de cette guerre. Ne jamais se taire et continuer de dénoncer.
Pour aller plus loin, les excellents reportages d'arte sur le sujet:
http://www.arte.tv/hpv2/resultats?search=syrie#gsc.tab=0&gsc.q=syrie&gsc.page=1

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?