Chargement...
Chargement...

Comme un caillou dans ma chaussure

14006_comme-un-caillou-dans-ma-chaussure
Une actualité de Marilyn
Publié le 09/05/2015
caillouNon, nous ne vous parlerons pas d'amour. Nous n'aborderons pas ce sentiment à la fois doux et pénible qui nous fait agir comme des imbéciles, rire pour un rien ou rêvasser inutilement pendant des heures parce que ne pas le partager revient à marcher en permanence avec un caillou dans sa chaussure. Éprouver une telle gêne, une telle douleur pourrait nous amener à nous demander qui peut bien mériter être le centre exclusif de nos pensées, mais le souvenir d'une unique nuit passée ensemble et le verre de whisky vide sur la table viennent nous frapper en plein visage et se moquer de la faiblesse de notre cœur. Donc non, nous ne parlerons pas d'amour. Nous parlerons ici plutôt du vide qu'il laisse et de la nécessité de s'en relever, d'en faire son deuil. L'héroïne du Caillou (éditions Le Tripode) n'est pas différente de toutes ces personnes au cœur brisé si ce n'est dans sa détermination de devenir réellement un objet insignifiant que personne ne remarque jamais. Obsédée par cet homme, elle continue de travailler dans ce bar où il se rend souvent puis s'enferme dans son appartement où son existence est nulle jusqu'à ce qu'une visite nocturne bouleverse son quotidien. Après une scène pour le moins burlesque, elle se lie d'amitié avec le vieux voisin du dessus qui l'entraînera avec malice en Corse pour redonner un sens à sa vie. Là-bas, en plus de retrouver une vie sociale - presque - normale, elle découvrira au beau milieu d'une nature luxuriante son regard sculpté dans une roche... Sigolène Vinson ne nous parle pas d'une femme qu'il faut consoler ou qui va commettre l'irréparable parce qu'on l'a repoussée, mais qui veut simplement devenir un caillou. Elle (s')abandonne et la folie la contamine, mais les beaux paysages corses sont là pour lui prouver qu'une suite est toujours possible. L'auteur y a même trouvé refuge.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !