Chargement...
Chargement...

Coudray le truqueur

1412_coudray-le-truqueur
Une actualité de David V.
Publié le 24/08/2013

Jean-Luc CoudrayLe problème avec les aphorismes c'est que, lorsqu'ils sont réussis, on est tenté de les citer à la file au risque certain d'en noyer l'intérêt sous le déluge. L'intelligence qu'ils manifestent nous donnant l'impression d'être contagieuse, on croit se l'approprier quand on ne joue qu'à l'écho. On n'échappe pas à cet écueil avec le dernier livre de l'inénarrable Jean-Luc Coudray paru à L'Anabase où il étale sans vergogne ses Pensées truquées comme des perles découvertes au creux des huîtres de son bassin intellectuel. Ses obsessions qui parcourent toute son oeuvre narrative (car ce n'est pas vraiment un romancier, la fiction ne l'intéresse guère) se font ici plus visibles, plus directes, bref plus évidentes : elles concernent les femmes, ces ennemies fascinantes, la science, cet univers sans certitude, l'imbécilité, ce monde sans fin, la politique, cet infini sujet d'indignation et de moquerie, la création tout entière en somme qui reste pour Coudray un objet d'étude et de contemplation intelligente qui lui permet d'aiguiser son art du paradoxe, un art dangereux car à trop le manier il peut vous exploser à la figure. Pour l'heure, ni trop aigü, nitroglycérine, les Pensées truquées nous invitent à profiter de la brièveté, moments de suspension dans un monde condamné à la rapidité. Coudray fait du bien aux neurones qui nous restent, ses colères se font flèches ou plutôt fléchettes, comme tirées d'une sarbacanne. Et pour nous en faire l'écho différemment et jouer au perroquet, en voici un petit florilège.

Les hippopotames découvriront la pornographie le jour où on leur montrera des photos d'hippopotames.

La volonté des morts est sacrée parce qu'ils ne peuvent se défendre. La volonté du chef est sacrée parce qu'il peut se défendre.

La femme a deux seins pour nous obliger à choisir, donc à désirer.

Mourir pour la patrie demande des qualités que la patrie assassine.

La France est envahie chaque année par 60 millions de touristes. Et si, un jour, ils s'organisaient ?

Si ma femme me trompe avec un imbécile, c'est qu'elle a besoin d'un peu d'ombre.

Si les avions n'avaient pas de roues, ils ne pourraient pas voler.

Si le président de la République parle d'égal à égal avec quelqu'un ce sera forcément un étranger.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?