Chargement...
Chargement...

Cradeaux de Noël

1797_cradeaux-de-noel
Une actualité de Martine
Publié le 30/08/2013

un pudding…Aucune période ne se prête mieux à l'humour noir que ce temps de l'avent, compte à rebours terrible qui nous mène impitoyablement vers Noël et ses torrents de bons sentiments et de guimauve (sans parler des crises de foie). C'est plus atroce encore aux Etats-Unis où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil jusqu'à la nausée (et après la Saint-Sylvestre on ressort les couteaux). Les anglais font dans le feutré, c'est bien leur genre : les puddings entament en haut du placard leur longue agonie et s'enflammeront à l'heure H dans les vapeurs d'un alcool qui n'enivre pas. Où la trouver cette fameuse ivresse dont on a tant besoin pour supporter l'hiver ? Dans la méchanceté bien sûr, au coeur de la famille, ce lieu de toutes les monstruosités et de tous les drames. Willa Marsh, qui vit dans le Devon, ce qui ne constitue en rien une excuse, l'a bien compris et elle nous régale cet hiver d'un charmant petit roman plein de piquants et d'épines sur les joies amères de la fraternité sororale (la pire sans doute car apparemment la moins violente...). Les deux soeurs qui en sont les héroïnes jouissaient des privilèges de la dualité quand leurs parents, issus d'un remariage (elles sont demi-soeurs en effet), décident la passe de trois et mettent au monde la mignonne petite Rosie, un ange, un amour, un délice, bref : un monstre. Nous sommes dans les années 50 et en ce temps-là on n'avait pas l'insulte comme exutoire à la colère, il fallait ruser pour se venger et nos deux protagonistes vont faire preuve d'une imagination sans borne pour faire payer à la cadette, une peste phénoménale, ses manigances exaspérantes et ses airs de sainte. Il y aurait beaucoup à perdre à raconter les méandres de cette histoire parfaitement conduite et qui réjouit en nous le sadique qui sommeille. Jusqu'où iront-elles ? se demande-t-on. Vous êtes condamné à les suivre et à noircir votre sourire pour le savoir car leur appétit de vengeance est sans retenue. Ah, que ça fait du bien de laisser un auteur se lâcher. Et après, le miracle de Noël, eh bien on s'en moque un peu, non ?

 

Willa March Meurtres entre soeurs  Autrement

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !